Azaz Ag Loudagdag, président de la coordination Imghad : « nous ne laisserons jamais Kidal ! »

Sous le contrôle de la CMA depuis les affrontements sanglants de la semaine passée, la ville de Kidal risque de connaitre de nouvelles tensions si rien n’est fait. Les éléments du GATIA qui étaient repliés vers la périphérie de Kidal se préparent pour retourner dans la ville. Azaz Ag Loudagdag, président de la coordination Imghad, qui était présent à la réunion de Niamey, a répondu aux questions du Journal du Mali.

Quel est le bilan des affrontements entre la CMA et le GATIA ?

Je ne m’aventurerai pas là-dessus, chacun dit ce qu’il veut, mais ce qui est sûr et certain, c’est qu’il y a eu des morts des blessés et des dégâts matériels de part de d’autres.

Dans un communiqué, la CMA a demandé au GATIA de quitter Kidal et les environs pour éviter d’autres incidents, quel est votre point de vue là-dessus ?

Pas question que le GATIA quitte Kidal, la majorité de Kidal appartient aux Imghads et ils sont du GATIA. Pour preuve, toutes les élections sont gagnées en temps normal par les imghads. Le député et le maire sont des élus Imghads. Nous ne laisserons jamais Kidal ! parce que c’est eux qui sont venus à la faveur de Méharistes, d’Ansardine et des Djihadistes du MUJAO. Ils se sont bien implantés avec des complicités extérieures. Les pays étrangers les ont aidés à rester comme si c’était une part qu’on leur donne. Personne n’est d’accord qu’on quitte Kidal, nous devrons partager la ville ou advienne que pourra. Nous préférons le faire de façon pacifique, mais si on n’obtient pas cela, tous les autres moyens seront utilisés. Nous sommes majoritaires à Kidal, mais les gouvernements français et maliens ont épaulé les Ifoghas et les ont utilisés pour maitriser tout le monde. C’est une opposition ancienne mais maintenant on est au 21ème siècle et les gens ne sont plus d’accord. Les Ifoghas considèrent les Imghads comme des vassaux et ils refusent d’être sous leur domination.

Qu’est ce qui est en jeu à Kidal et qui provoque les tensions ?

Les problèmes sont exacerbés parce que bientôt seront mise place les autorités intérimaires, donc chacun se positionne. La Plateforme estime que le gouverneur qui a été nommé est plus ou moins de la famille Ifoghas et qu’il ne peut pas leur tenir tête, et appliquer une gestion équitable. Puisque le gouvernement leur a donné le gouvernorat, nous nous voulons la présidence de l’Assemblée régionale pour équilibrer les choses. Il n’est pas question que les deux premiers responsables de la région soient tous Ifoghas et on est prêt à affronter n’importe qui pour qu’il y ai un véritable partage du pouvoir.

On dit que la CMA a bénéficié d’une aide extérieure pour déloger le GATIA de la ville, est-ce vrai ?

Non, cela n’est pas fondé, le GATIA a effectivement pris plusieurs quartiers, entre temps il y a eu des renforts du côté de la CMA, et les renforts qui sont venus, certaines personnes estiment que c’étaient des djihadistes ou autres, mais je ne suis pas formel. Ce que je sais, c’est qu’il y a eu une médiation de la MINUSMA en la personne de Ponde Bruno, le chef de la Minusma à Kidal, qui a demandé aux uns et aux autres de quitter la ville, le général Gamou et Cheick Ag Haoussa ont été d’accord. Mais ce dernier a fait semblant de quitter pour ensuite retourner dans la ville. Donc, la CMA est restée tandis que le GATIA était hors de la ville, maintenant je ne suis pas étonné que le GATIA cherche à rentrer de nouveau dans la ville de Kidal. Ceux qui disent qu’il s’agit d’une déroute peuvent aller vérifier à la Croix rouge. C’est leur façon de communiquer, mais la réalité, croyez-moi, est tout autre.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here