Gouvernement : Départs sans regrets

Choguel Kokala Maïga : En dehors de sa famille, son départ du gouvernement ne choque personne. Etant ministre, il a été accusé de toucher des honoraires pour le compte de son ancien service (AMRTP) et s’élevant à quelque 5 millions de Fcfa en 10 jours, soit 500.000 Fcfa par jour. Il a été accusé par des syndicalistes de l’ORTM de toucher de l’argent envoyé mensuellement par la Direction de l’ORTM, sous Baly Idrissa Sissoko. Il a arrangé le retour de Sidiki N’fa Konaté à l’ORTM, en complicité, bien entendu, avec d’autres mains invisibles. Il voulait, jusqu’à la dernière minute, placer un proche (ou en tout cas un protégé) à la tête de l’AMAP. Cela a échoué, mais depuis, il avait fait du nouveau ‘’directeur par défaut’’ un valet de son département. Pour un oui ou un non, les journalistes étaient sermonnés. C’est à croire que Choguel voulait ramener la presse d’Etat à l’époque de l’UDPM dont il devrait être très nostalgique. C’est aussi lui qui a mis la pression sur la Direction de l’AMAP afin de se débarrasser des Drabo. Ce que le nouveau directeur, à l’esprit vengeur, a fait avec zèle, c’est le moins que l’on puisse dire.

-Hachim Koumaré, ministre de l’Equipement et des Transports : avec l’état actuel des routes, ce n’est guère étonnant qu’il ne soit plus là. Il était censé coordonner toutes les promesses chimériques imaginées à la faveur du voyage présidentiel en Chine. Mais au finish, on n’a rien vu. Il n’avait surtout pas une assise politique ; ce qui est suffisant pour être débarqué au moment où il faut faire de la place aux Al Capone. Mais surtout, aucun parent ou proche ne regretterait son départ du gouvernement, car il n’avait jamais aidé personne.

S.Haidara


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here