Lutte contre la corruption au Mali : Les acteurs en concertation pour éradiquer le fléau

Dans le cadre de la lutte contre la corruption, le National Democratic Institute NDI/ NIRAS en partenariat avec l’Assemblée Nationale du Mali a tenu une rencontre d’échanges avec le réseau contre la corruption et de l’Organisation de la Société Civile (OSC). C’était le mardi 26 juillet 2016 au Grand Hôtel de Bamako, en présence de Badié Hima représentant du NDI et non moins coordinateur du Consortium NDI/NIRAS. Etaient aussi présent le vice président du Réseau contre la corruption, Ndola Thiam, du coordinateur du Groupe de Suivi Budgétaire, Bassidy Diabaté, des représentants de la société civile et des honorables députés.

Cette rencontre des acteurs impliqués pour une lutte efficace contre la corruption avait pour objectif de valider les domaines choisis par les cibles afin de rédiger les propositions de lois ou amender la législation existante parce qu’elle semble incomplète ou ne répondant pas aux normes au regard des droits humains. De façon spécifique, la réunion vise à examiner, au cas par cas, ces domaines et d’élaborer une feuille de route pour faire avancer les réformes souhaitées et attendues par les citoyens. Les acteurs se pencheront au cours de cette rencontre sur l’étude sur le Budget Spécial d’Investissement et sur la loi sur l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (l’ITIE).

Dans son intervention, le coordinateur du consortium NDI/NIRAS, Badié Hima a souligné le rôle joué par sa structure dans le cadre de la préparation du Plan Stratégique de Développement Institutionnel de l’Assemblée Nationale (PSDIAN) 2015-2025. De façon plus spécifique, ce plan stratégique, a été bâti autour des trois grandes missions du parlement que sont la représentation, le contrôle de l’action gouvernementale et la législation.

Pour sa part Ndola Thiam, le vice président du réseau contre la corruption s’est réjoui de cette rencontre extrêmement important avec la société civile. Il ajoutera : « la session que nous aurons bientôt à l’Assemblée Nationale, c’est la session budgétaire, si dans ce budget spécifique il y’a des suggestions, des choses à apporter c’est un plus sur la vision de la société civile. Et deuxièmement sur l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) au Mali qui existe depuis des années. Il nous faut des propositions de loi pour prendre en compte les principes de l’ITIE ».

Sidiki Adama Dembélé, stagiaire

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here