Transparence dans la gestion publique : Le Réseau de lutte contre la corruption et les OSCs élaborent leur plan d’action.

C’est à la faveur d’un atelier qui s’inscrit dans le cadre de la collaboration entre le Réseau de lutte contre la corruption et les Organisations de la Société Civile (OSCs) que ces deux entités entendent faire des suggestions pertinentes devant aider les députés à rédiger des projets de propositions de loi ainsi que pour la transparence dans la gestion publique, notamment dans les industries extractives. Cet atelier, initié par le consortium NDI/NIRAS en partenariat avec l’Assemblée Nationale, s’est déroulé le mardi 26 juillet 2016 au Grand Hôtel de Bamako. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre entre parlementaires et la société civile a été présidée par l’honorable N’doula THIAM, le premier vice-président des vigiles parlementaires anti-corruption. Celui-ci avait à ses côtés Dr Badié HIMA le Directeur résident du National Démocratic Institute Mali.

c’est donc devant un décor composé de parlementaires et des OSCs présents à l’occasion de cet atelier, que Dr Badié Hima a déclaré que la législature actuelle (2014-2018) de l’Assemblée Nationale du Mali a bénéficié de l’appui des Partenaires Techniques et Financiers pour élaborer et adopter son Plan Stratégique de Développement Institutionnel de l’Assemblée Nationale (PSDIAN). C’est dans cette optique dira Dr Badié HIMA que le NDI a prévu d’appuyer le réseau des parlementaires maliens contre la corruption avec des informations sur l’établissement d’une collaboration sur les états généraux de la lutte contre la corruption et la délinquance financière, et les mécanismes à utiliser pour travailler avec les organisations de la société civile impliquées dans les efforts anti-corruption pour sensibiliser les citoyens et promouvoir la responsabilisation des agents publics et des entreprises privées.

L’honorable N’doula THIAM s’est quant à lui appesanti sur les objectifs de la rencontre qui, selon lui est la première du PSDIAN et ne serait pas la dernière. « L’objectif général de la rencontre est de valider les domaines choisis par les cibles afin de rédiger les propositions de lois ou amender la législation existante parce qu’elle semble incomplète ou ne répondant pas aux normes au regard des droits humains » a indiqué le premier vice-président du réseau des parlementaires contre la corruption. Celui-ci dira ensuite que la réunion vise à examiner au cas par cas ces domaines afin d’élaborer une feuille de route pour faire avancer les réformes souhaitées et attendues par les citoyens qui porteront entre autres sur l’étude sur le Budget Spécial d’Investissement et la loi sur l’ITIE.

André SEGBEDJI/abamako.com

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here