Loupe du Réveil: Bamako ou l’embellie d’une ville pour un sommet

Dans l’attente en janvier 2017 du sommet France Afrique, la ville de Bamako, se pare de ses plus beaux atouts. Les avenues commencent à être plus spacieuses, revêtues d’une nouvelle couche de goudron ; que dire des bâtiments publics, des hôtels et des parcs nationaux, tous commencent à recevoir une touche de pinceau.
Un travail à la va vite, devenu une véritable équation entre désirs et normes, autour d’une esthétique cadastrale très moyenne. En dépit de la déferlante « argent », jusqu’ici utilisée comme produit d’appel au secours d’un projet au forceps, nos dirigeants postulent à un même résultat : Réussir le sommet de France-Afrique dans une ville propre aux yeux des nombreux visiteurs attendus.
La presse internationale qui sera de la partie ne doit en aucun cas s’attendre à une forte dose d’irrationalité : Avec en (dé) prime un rendez-vous manqué avec la réalité des faits.
Pour dire que ce serait un incroyable gâchis que nos passions continuent de masquer l’essentiel des réformes qui sont jusqu’ici proposées et qui, toutes vont incontestablement aider à moderniser Bamako. Et cela passe incontestablement par le bannissement de certaines pratiques.
Il y a une course contre la montre dans l’agenda personnel ou collectif de Mme le gouverneur du district ; de quelques groupements de sociétés de nettoyage, de terrassement de gagner le pari de l’asepsie de notre capitale qui reçoit des retouches importantes pour faire peau neuve. Pourvu, qu’après le sommet, cette démarche inédite se poursuive. Aussi, cultivons un esprit civique à cet effet, il commence par la reconversion des mentalités qui doit être promue dans l’inconscient collectif de la communauté malienne.

Mariam Konaré
Source: Nouveau Réveil

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here