Majorité présidentielle : Le parti MONADE claque la porte

Après la suspension du parti ADP-MALI des activités de la majorité, c’est au tour du parti MONADE Faso Gneta de claquer la porte de la Convention de la Majorité Présidentielle.
« Nous, comité exécutif du parti Mouvement national pour le développement MONADE FASO-GNETA, suite à notre assemblée générale extraordinaire tenue au siège du parti le samedi 23 juillet 2016 à 10h30, venons par la présente vous notifier la démission de notre parti de la majorité présidentielle. Par conséquent, cette démission de la majorité met fin à notre soutien au Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, soutien qui justifiait notre appartenance à la majorité présidentielle », peut-on lire dans la lettre de démission dont "Le journal en ligne Mali24" a pu se procurer une copie.
La motivation de cette démission, selon Moussa Aliou Keita, Président du parti, est le mépris du Président de la République envers la majorité présidentielle. Comme d’autres motivations, Moussa Aliou Keita évoque la marginalisation des jeunes des partis politiques (petits partis selon certains) et de leurs leaders par l’exécutif de la majorité présidentielle qui y fait une gestion clanique et non démocratique. « La mauvaise gouvernance des affaires de l’Etat, soutenue par une gestion clanique du pouvoir et des scandales à répétition de corruption et de détournement de dernier public sans que justice ne soit faite. Le non-respect des promesses de campagne électorale. Promesses qui faisaient allusion à la gestion efficace de la crise au nord du pays, à la bonne gouvernance, à la lutte implacable contre la corruption, l’impunité, le clientélisme, etc. Malheureusement, ces fléaux ne font que prendre de l’ampleur et qu’assombrir l’espoir d’un Mali meilleur que le peuple avait nourri au lendemain de la victoire historique du président IBK lors des élections présidentielles de 2013 », fustige-t-il.
Le président du parti Monade s’indigne de la détérioration de la situation socio-sécuritaire du pays, l’impasse dans la résolution de la crise du nord avec la confusion totale sur le sort de Kidal, le communautarisme armé, la cherté de la vie, etc.
M L. Fofana

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here