Résolution du chômage chronique au Mali : Trois organisations de la JCI Mali créent « Boot Camp » pour renforcer les compétences des jeunes

Afin de remédier au chômage chronique des jeunes, la Jeune Chambre Bamako Elite et ses organisations sœurs de Bamako et Bamako Etoile ont inventé un projet dénommé ‘’Boot Camp’’. Le projet lancé le jeudi 21 juillet 2016 à l’hôtel Radisson Blu de Bamako par une grande conférence animée par Issam Chleuh cofondateur d’Impact Hub et en présence du président national 2016 de la JCI Mali Abdoulaye Yaro, du président exécutif de JCI Bamako Elite Bassala Haidara et de Oury Koné la présidente de la JCI Bamako.

Le Directeur du projet ‘’Boot Camp’’ Younouss Keita a souligné que la jeune chambre Bamako Elite et ses organisations sœurs de Bamako et Bamako Etoile ont initié ce vaste projet afin d’ouvrir des portes aux jeunes diplômés sans emploi et qui commencent à perdre espoir pour qu’ils deviennent des entrepreneurs et embauchent à leur tour des jeunes. Pour sa part, Abdoulaye Yaro, le président national 2016 de la Jeune Chambre Internationale Mali a salué la synergie d’actions des trois organisations qui ont eu l’idée de mettre sur pied ce projet innovant. Il a souligné que via le projet ‘’Boot Camp’’, ils ouvrent la porte du succès à beaucoup de jeunes désœuvrés. Bassala Haidara, le président exécutif 2016 de la JCI Bamako Elite et Oury Koné de la JCI Bamako ont affirmé que le projet vise à renforcer les compétences et les capacités des jeunes maliens afin qu’ils affrontent le marché de l’emploi.

Le conférencier Issam Chleuh et cofondateur d’Impact Hub a fait savoir qu’Impact Hub est à la fois laboratoires d’innovation, incubateurs d’entreprises et centres communautaires. « Nous offrons à nos membres un écosystème unique de ressources et d’inspiration, ainsi que des opportunités de collaboration pour accroître leur impact. Il s’agit d’offrir un espace de travail, des programmes de formation, d’incubation et aussi de faire la jonction entre le fonds de pré-amorçage, parce que souvent les entrepreneurs ont les idées, les compétences, mais pas le petit capital minimum pour amorcer quelque chose », ajoute-t-il. Il a annoncé que sa structure offre aux jeunes un espace de travail afin de les intégrer à un réseau avec d’autres entrepreneurs qui peuvent compléter certains talents qu’ils n’ont pas.

« Pour compléter le tout, ce serait aussi de faire la première jonction avec le monde de la finance. Généralement, les petits entrepreneurs ne savent pas gérer ce domaine-là. Ils ont de brillantes idées, mais cela s’arrête là. Il faut donc les aider à structurer tout cela, et c’est ce processus que nous appelons « incubation ». Nous les couvons pour qu’ensuite ces petites entreprises puissent voler de leurs propres ailes », a déclaré Issam. « Nous n’avons pas de restrictions, mais nous avons des focus. Je pense que les projets en agro-business ont un fort impact sociétal, parce que dans l’esprit même de l’Impact Hub, il y a le volet sociétal qui est très important. C’est bien de dégager des profits et de faire émerger des entreprises, mais nous accordons une attention particulière à l’impact sociétal »appuie-t-il.

Moussa Samba Diallo

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here