Organisation des examens scolaires 2016 : Quand les apprenants, parents, syndicats et autorités reconnaissent du sérieux

Les examens de l'année scolaire 2015-2016 ont pris fin juin dernier. Pour les apprenants, parents d'élèves, enseignants, les syndicats et les autorités en charge de l'éducation, tous les examens se sont déroulés sans irrégularités.
Contrairement aux années antérieures toujours marquées par les mauvaises organisations, le retard des sujets dans l'atteinte des centres d'examens, des fuites de sujets, les résultats truqués, les différents examens scolaires de l'année scolaires 2015-2016, notamment le DEF et le BAC, se sont déroulés normalement comme prévu sur l’étendue du territoire national, à l'exception de Kidal. Les sujets sont arrivés à temps dans les différents centres d'examens, les sujets n'ont pas connu de fuite. Globalement, pas d'irrégularités constatées.
En attendant les résultats du BAC, sur 221.873 candidats présentés au DEF 2016 sur le territoire, 66.615 candidats, dont 27.553 filles, ont pu décrocher leur diplôme, soit 30,02 pour cent.
Selon quelques candidats interrogés par le journal L'Observatoire, ces examens se sont bien déroulés et les sujets ont été plus ou moins abordables. Aux dires de l'élève Alou Diarra qui a échoué au DEF, les autorités en charge des examens ont parfaitement réussi. '' Seul le travail a payé, ceux qui ont réussi le méritent. Cette année, nous n'avons pas vu des sujets dans la rue".
Pour Tiguida Djélika Traoré, candidate au BAC, l'examen s'est passé dans les conditions requises. "Nous avons toujours eu les sujets à temps, les surveillants ont été sérieux. C'est ma deuxième fois de passer cet examen, mais c'est ma première fois de constater que les sujets n'ont pas fuiter'', a-t-elle témoigné.
Satisfecit
Du côté des autorités, les consignes données ont été respectées, celles d'éviter tout cas de fuite de sujets et de fraudes au cours desdits examens.
Le Directeur du Centre National des Examens et Concours de l’Education (CNECE), le Pr. Mohamed Maïga, a été explicite sur la question: "La chute du taux national de réussite du DEF 2016, par exemple, était due à la bonne organisation de la session de cette année, à la vigilance des surveillants, des acteurs de l’école et de la presse".
Même son de cloche du côté des différents syndicats scolaires. Ces derniers ont reconnu, malgré les grèves, la rétention des notes et autres problèmes, la bonne surveillance des examens, le fait que les fuites de sujets et les fraudes ont été canalisées et maintenues sous contrôle. Mieux, les mesures prises pour empêcher les attroupements devant et dans les centres d’examens et salles de classe sont à encourager.
Pour ne pas être du reste, les parents d'élèves à travers leurs différentes associations, ont été tous unanimes sur la bonne organisation et la tenue des examens du DEF et du BAC 2016. L’AMSUNEEM, la FENAPEEM et la Commission Pour une Ecole Apaisée et Performante, acteurs de l’école, partenaires exigeants et indépendants de la bonne tenue des examens, ont témoigné des bonnes conditions d’organisation des examens. A cet effet, ils ont pu visiter certains centres d'examens de Bamako et de Koulikoro.
Par ailleurs, certains surveillants ont été conscients en refusant des tentatives de corruption. Comme cela été le cas au lycée Ganga de Titibougou et au lycée Castro de Kodonso.
Le département de l’éducation et ses affiliés, les présidents des centres et les surveillants impliqués dans le processus des examens du DEF et BAC sont à saluer. L'organisation et la fraude sont des luttes de longue haleine. Pour donner à l’école malienne toute sa noblesse, cette dynamique enclenchée doit être maintenue.
Source: L’Observatoire

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here