Guerre à Kidal: une simple affaire de drogue ?

Les combats meurtriers qui, depuis le 21 juillet 2016, opposent le GATIA à la CMA (rébellion) ne semblent pas découler de la défense des intérêts des populations. Les deux groupes armés ne se battent pas non plus à cause d’un litige lié à la gestion administrative de la ville. En fait, des sources concordantes rapportent que suite à l’entrée du GATIA à Kidal, ce mouvement armé qui se dit loyal aux intérêts du Mali a passé une entente avec la CMA pour une gestion commune de la ville, notamment en termes de sécurité des populations et des biens. Ce que le grand public ignore, c’est que l’une des principales sources de revenus des deux groupes armés consiste à sécuriser, moyennant rémunération, les convois de drogue qui transitent par le désert de Kidal.Ce convoyage rapporte des millions de dollars ou d’euros et alimente un trafic juteux dans tout le Sahel. Donc, 13 véhicules chargés de cocaïne par des trafiquants arabes auraient eu besoin de traverser le territoire de Kidal en direction de la Libye, via la frontière algérienne. Pour assurer la sécurité du convoi, des responsables du GATIA auraient offert leurs services. Ils ne craignaient rien puisque, de leur côté, la CMA a pour habitude de sécuriser les convois de ses propres « clients ». Sauf que cette fois-ci, en violation des accords passés avec le GATIA, la CMA intercepte le convoi de 13 véhicules et confisque la moitié des chargements, ne laissant repartir que l’autre moitié. Cris de colère du GATIA qui exige la restitution de la « marchandise ». La CMA ne cède pas; pis, elle décide de déloger le GATIA de Kidal. On connaît la suite…

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here