Paix et réconciliation au Mali: La revalorisation des mécanismes traditionnels de règlement des conflits est une nécessité absolue

112

La nécessité absolue de revalorisation des mécanismes traditionnels de règlement de conflits est l’une des recommandations fortes issues de l’atelier national sur l’état des lieux de mise en oeuvre des mécanismes de la justice transitionnelle au Mali qui a été organisé par ABA ROLI du 28 au 30 Juillet 2016 à l’hôtel El Farouk de Bamako. Cette revalorisation demande l’implication des cadis, des autorités coutumières, des leaders religieux dans le règlement des conflits nés dans la société.

Durant trois jours, les experts de la justice transitionnelle, des victimes de la crise, des organisations et associations de droits humains et des partenaires qui oeuvrent pour la paix au Mali, ont échangé sans tabou sur des thèmes comme : La justice transitionnelle, son importance et les défis ; l’ état des lieux de la recherche de la vérité au Mali ; l’état des lieux de la recherche de la vérité au Mali (la perspective de la société civile) ; l’état des lieux de la recherche de la vérité au Mali (la perspective des associations de victimes).

Au cours de cet atelier, il a été également question de l’état des lieux de la justice au Mali en évoquant les perspective de l’Etat, des victimes des partenaires et de la société civile. A la suite des échanges, des obstacles à la mise en oeuvre effective de la justice ont été identifiés. Ces obstacles sont entre autres : Un manque de temps pour la mise en oeuvre effective des mécanismes de la Justice Transitionnelle ; la non protection des acteurs de la mise en oeuvre de la justice transitionnelle ; le manque de volonté politique du gouvernement ; l’insuffisance de prise en compte de l’aspect genre dans le processus ; la lenteur dans les processus de réforme législative et judiciaire etc...

Des recommandations ont été formulées en vue de palier à ces défis. Parmi ces recommandations, il y a le renforcer de capacité des victimes sur les droits humains, les mécanismes de protection et les mécanismes de recours au niveau national, régional et international ; le renforcement de la coordination entre les acteurs travaillant dans le domaine de justice transitionnelle à travers l’établissement des protocoles de partenariat ; la création du cadre de concertation des mécanismes traditionnels de règlement des crises ; le renforcement de la synergie d’action entre les acteurs de la justice transitionnelle ; la revalorisation du mécanisme traditionnel de gestion du conflit selon les aires culturelles ; l’insertion de l’étude de la justice transitionnelle dans les programmes universitaire etc.

L’atelier de trois jours sur l’état des lieux de la mise en oeuvre des mécanismes de la justice transitionnelle a été un véritable espace de donner et de recevoir et les participants ont exprimé la nécessité d’organiser d’un tel espace de façon régulière.

Fsanogo/abamako.com

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here