Journée des aides ménagères 2016 : L’ADDAD plaide pour la ratification et l’application de la convention C 189 de l’OIT

La présidente de  l’Association de Défense des Droits des Aides Ménagères et Domestiques (ADDAD), Mme Sitan Fofana a mis à profit la Journée des Aides Ménagères 2016 que son association a organisé le samedi dernier à son siège pour faire une véritable plaidoirie pour la ratification et l’application de  la convention C 189 de l’Organisation Internationale de Travail (OIT).

Cette importante journée ayant mobilisé des représentants des Organisations Non Gouvernementale(ONG) et Associations partenaires, et des dizaines d’aides ménagères et domestiques  avait pour objectifs de : interpeller des autorités maliennes pour faire appliquer les lois nationales concernant les aides ménagères ; interpeller les autorités maliennes à ratifier et à appliquer la convention de l’OIT C 189 de l’OIT ; sensibiliser l’opinion publique ; sensibiliser les femmes leaders engagées en général dans la défense des droits de la femme, à défendre les droits des aides ménagères en particulier. Elle avait pour thème : « Femme d’Afrique, quel est votre soutien au respect des droits des aides ménagères ? Vous êtes 80% à nous employer, tenez compte aussi de nos droits ! ». Et, on pouvait lire sur les tee-shirts des aides ménagères : « Etre aide-ménagère ne doit pas m’exclure des droits de la femme et de l’enfant ».

Les travailleurs et travailleuses domestiques sont envoyés par les parents du village, faute d’insuffisance alimentaire ou pour constituer elles-mêmes les trousseaux de mariage. Il concerne les enfants dont l’âge oseille entre  09 et 19 ans voire plus. « Aide-ménagères », « bonnes à tout faire », « petites bonnes », « 52 », les appellations ne manquent pas pour désigner leur travail. Selon les constats, ces jeunes filles subissent  des préjudices physiques et psychologiques, accomplissant des travaux qui dépassent leur force physique sans compter le risque de violences sexuelles très élevé et leur exposition aux Maladie Sexuellement Transmissibles (MST) et aux grossesses précoces et non désirées.

Malgré les multiples efforts déployés, la situation des travailleurs et travailleuses domestiques reste gérée sans référence à la réglementation en vigueur au Mali. A Bamako, ces aides ménagères et domestiques sont estimées entre 100 000 et 150 000 personnes.

Face à la recrudescence des victimes d’injustices au sein de cette communauté des aides ménagères, l’ADDAD a vu le jour en 2011 avec la contribution de l’Union des Associations et des Coordinations d’association pour le Développement et la Défense des Droits des Démunies (UACDDDD).

Il faut préciser que l’ADDAD a pour objectifs de : sensibiliser, former, et informer ses membres et l’opinion publique sur les conditions des aides ménagères. Elle organise ainsi des activités dans ce sens, d’où l’organisation de cette journée du 30 juillet 2016 en prélude de la Journée Panafricaine des Femmes. Les employeurs des aides ménagères sont cependant des femmes qui semblent se battre pour la défense des droits de l’ensemble des femmes (enfants, jeunes filles, femmes rurales et urbaines).

Depuis sa mise en place, l’ADDAD a organisé plusieurs rencontres sur les droits des aides ménagères. La journée du 30 juillet 2016 s’inscrit dans le cadre de ces différentes activités. Elle se veut un instrument d’échange, d’information et de revendication relatif aux droits des aides ménagères. C’est à travers ces types de rencontre que les aide-ménagères ont pu prendre confiance en elles-mêmes, se sentir égales aux autres citoyens et citoyennes à revendiquer leurs droits.

Selon la présidente de l’ADDAD, Mme Sitan Fofana, pour la promotion des droits des aides ménagères, d’autres efforts doivent être poursuivis afin de venir à bout du phénomène du travail des enfants et notamment celui des filles. Raison pour laquelle, cette journée a été un temps d’interpellation des pouvoirs publics sur leur rôle à jouer pour le respect des droits des aides ménagères par la diffusion et l’application réelle des textes législatifs aux droits du travail et aux droits des enfants, et pour les inciter à ratifier la convention C 189 de l’OIT.

Abdoulaye  TRAORE


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here