Le point sur la situation à Kidal

Le 30 juillet, vers 8h, les combats ont repris entre des membres de la CMA et du GATIA dans les environs de Touzik, dans la région de Kidal. La Force de la MINUSMA a réagi pour prévenir tout risque pour la sécurité des populations civiles, avec l’appui notamment de deux hélicoptères d'attaque. Notons qu’il n’y avait pas de population civile dans la zone de ces affrontements.

Le 2 août, une série de patrouilles de la Force à Kidal a permis de constater un retour à la normale, avec notamment la réouverture des marchés de la ville. Malgré le retour au calme, la MINUSMA a réaménagé son dispositif sécuritaire pour être à même d’accomplir son mandat de protection des populations. Des détachements de la Force sont positionnés de façon à contrôler les principales entrées de la ville et effectuent des patrouilles de jour et de nuit dans la ville de Kidal pour prévenir toute reprise des hostilités pouvant mettre en danger la population civile.

Les 2 et 3 août, la MINUSMA a facilité l’évacuation vers Gao de cinq représentants de la société civile affiliés à la Plateforme qui avaient trouvé refuge dans le camp de la MINUSMA, craignant pour leur vie. Plus tôt, le 29 juillet, la MINUSMA avait facilité l’évacuation de quatre enfants affiliés à GATIA qui avaient également trouvé refuge dans le camp.

La MINUSMA poursuit ses bons offices auprès des parties afin de mettre fin aux tensions à travers le dialogue.

Processus de Paix

-Le 2 août, un Forum sur la contribution des leaders religieux à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali s’est ouvert à Bamako, une rencontre à laquelle a participé le Représentant spécial Adjoint de la MINUSMA pour les questions politiques, Monsieur Koen Davidse.

Organisé par le Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) avec le soutien de la MINUSMA à travers sa Division des Affaires Politiques, ce forum a regroupé les représentants du Haut Conseil Islamique du Mali (HCI), de l’Eglise Catholique, et de l’Association des Groupements d’Églises et Missions Protestantes (AGEMP) du Mali. Des délégués venant de toutes les régions du Mali ont fait le déplacement pour réfléchir à une meilleure implication des leaders religieux dans la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali.

A l’issue du Forum, les participants ont dégagé un nombre de recommandations, dont la création d’un cadre de concertation et de dialogue avec des institutions clés pour accompagner les efforts du gouvernement pour la paix et la réconciliation nationale ; l’élaboration d’une véritable politique de prévention du radicalisme religieux, notamment par le soutien à la formation des officiers des cultes comme les Imams et Prédicateurs ; et l’organisation de la Conférence d’entente nationale. Ces recommandations s’adressent tant au Gouvernement qu’aux groupes armés, à la société civile et à la MINUSMA.

-Du 29 au 31 juillet, la Division des Affaires Civiles de la MINUSMA a facilité la tenue d’une séance d’information au profit de la jeunesse de Ménaka sur les autorités intérimaires. L’atelier était organisé par le Collectif Cri du Cœur, en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer.

A noter à cet égard que la MINUSMA apporte son appui aux campagnes de sensibilisation sur les autorités intérimaires qui ont démarré le 30 juillet et qui vont continuer pendant deux semaines. Les premiers ateliers d’information tenus dans le cadre de ces campagnes ont eu lieux à Tombouctou le 30 juillet, à Taoudénit le 1er août, à Kayes le 2 août et à Gao le 3 août. D’autres ateliers suivront à Koulikoro, Sikasso et Ségou.

Ces campagnes ont été mises en place par le Ministère de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat avec ses partenaires nationaux et avec l’appui de la MINUSMA et autres partenaires internationaux du Mali. Elles sont menées à l’intention des représentants des partis politiques, des responsables administratifs et techniques de l’Etat, ceux des collectivités territoriales, les autorités traditionnelles, les représentants de la CMA, de la Plateforme et de la société civile concernés par la mise en place desdites autorités.

-Le Bureau régional de la MINUSMA à Tombouctou a organisé le 31 juillet dernier à Goundam une séance d’information et ce au profit des leaders communautaires de la ville, afin de mieux faire comprendre l’Accord de Paix et le rôle de la MINUSMA dans le processus de paix et son appui à la mise en œuvre de l’Accord.

L’activité a été menée en partenariat avec la Direction de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, la Coordination des Associations et Organisations Féminines (CAFO) et le Conseil Communal des Jeunes de Goundam. Elle a réuni au Centre des Femmes de Goundam, une cinquantaine de leaders communautaires, dont 25 femmes et 25 jeunes des différentes communautés du cercle de Goundam.

Opérations : Force et Police

Au niveau des opérations de la Force, notons un renforcement de la sécurité dans les principales agglomérations du Secteur Nord (Kidal) à travers des postes de contrôle, une intensification des patrouilles quotidiennes (jour et nuit) pour protéger les populations et leurs biens et prévenir toute reprise des hostilités.

Au cours de la semaine dernière la Force a effectué 421 patrouilles, tenu 201 check-points et réalisé 65 escortes.

Quant à la Police des Nations Unies, UNPOL, elle a effectué 375 patrouilles dont 44 patrouilles conjointes avec les Forces de sécurité maliennes et 141 patrouilles pédestres.

Incidents

Le 29 juillet, un véhicule de la Garde nationale escortant un convoi auquel prenaient part des sous-contractants de la MINUSMA livrant du matériel à un contingent de la MINUSMA à Gao a heurté un engin improvisé ou une mine avant d’être la cible de tirs. L’incident s’est produit près de Karkara, non loin de Gossi, dans le cercle de Gourma-Rharous. Deux membres de la Garde nationale ont été tués et quatre autres ont été blessés dans l’attaque. Il s’agit de la troisième attaque contre la Garde nationale dans la région de Gossi depuis un mois. La MINUSMA condamne cette attaque et présente ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement malien.

Relèvement et assistance à la population

-Le 29 juillet, la Représentante spéciale adjointe de la MINUSMA, Mme Mbaranga Gasarabwe, a remis officiellement un lot de matériel informatique d’une valeur de 9 millions de Francs CFA aux agents de la Cour Constitutionnelle, un projet soutenu par la Division Électorale de la MINUSMA. A noter que la MINUSMA avait auparavant soutenu la Cour Constitutionnelle dans la réalisation de ses missions grâce à différents appuis en matériel et renforcement de capacités.

-La Force de la MINUSMA a procédé le 27 juillet au lancement des travaux d’acquisition et d’installation de 6 moulins multifonctionnels dans 6 communes rurales dans le cercle de Kati. C’est près de 500 mères de familles qui seront soulagées par l’installation de ces moulins dans ces zones où les femmes passent la majorité de leur temps à piler et moudre les grains de façon manuelle.

-La Police des Nations Unies (UNPOL) a organisé, du 25 au 29 juillet derniers à Goundam, une formation en "initiation à l’outil informatique" au profit des éléments des Forces de Sécurité Maliennes (FSM). C’est suite à une dotation en matériels informatiques en juin dernier, que cette session de formation a été tenue. Le lancement de cette activité a rassemblé dans la salle de conférence du Centre des Femmes des éléments de la Police de Diré, des éléments de la Garde Nationale et de la Gendarmerie Nationale de Niafunké et Goundam.

Division électorale

Le 1er août, la Division Électorale de la MINUSMA a tenu une séance de travail avec le Secrétaire Général du Ministère de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du suivi de l’état d’avancement de la mise en œuvre des dispositions d’installation des autorités intérimaires, en particulier les missions planifiées par le gouvernement pour sensibiliser la population dans les régions en rapport avec ce processus. L’intérêt pour la Division Électorale à travers cette rencontre est de disposer d’éléments officiels en vue de la planification de l’appui au processus électoral en particulier les élections communales dont la date prévisionnelle demeure le 25 septembre 2016.

Droits de l’Homme, de la femme et de l’enfant

-La Division des droits de l’Homme de la MINUSMA a organisé une table- ronde les 22 et 23 juillet en soutien au réseau des parlementaires pour la défense des droits de l’Homme mis en place par l’Assemblée Nationale du Mali en 2015.

Cette table-ronde de deux jours visait à promouvoir une culture des droits de l’Homme au sein du Parlement malien, à sensibiliser les parlementaires aux enjeux et défis entourant le respect de ces droits au Mali. Elle a aussi servi de cadre de réflexion sur les engagements internationaux auxquels le Mali a souscrit et d’échanges entre l’Assemblée Nationale et les autres acteurs des droits de l’Homme.

-Le 29 juillet, pour célébrer la Journée Panafricaine des Femmes, le Réseau des Femmes Policières de la MINUSMA a appuyé l’Association des Femmes Policières du Mali dans le cadre d’une opération de nettoyage et de débroussaillage de l’enceinte et des alentours immédiats du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, ainsi que de la Direction Générale de la Police Nationale. L’activité s’est déroulée sous l’égide de l’Unité Genre/UNPOL de la MINUSMA et en présence du Directeur Général de la Police nationale Malienne.

-Dans le cadre de la célébration de la Journée de l’Enfant Africain, l’Unité de la Protection de l’Enfant de la MINUSMA a participé le 29 juillet à Bamako à la cérémonie commémorative organisée par la Direction Nationale de la Protection de l’Enfant et de la Famille (DNPEF). « Crise et conflit en Afrique : protégeons les enfants » était le thème retenu par la Communauté Internationale cette année.

Les intervenants ont mis l’accent sur les violations graves à l’encontre des droits des enfants suite à la crise du nord du Mali, entre autres le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats par les groupes armés, les viols et les violences sexuelles et le non enregistrement des enfants nés dans les zones de conflit.

Toujours dans le cadre de la Journée de l’Enfant Africain, l’Unité de la Protection de l’Enfant a soutenu les activités sportives organisées par le Ministère en fournissant des maillots de foot, trophées, ballons de foot, tee-shirts aux participants à un match amical de football. Cette rencontre a été une tribune pour informer les populations sur le mandat de l’Unité de Protection de l’Enfant et sur les six graves violations des droits de l’enfant en période de conflit.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here