Mise en œuvre de l’accord pour la paix : Echanges de haut niveau sur les reformes politiques et institutionnelles

Les questions politiques et institutionnelles sont déterminantes dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Le Centre pour le dialogue humanitaire (HD) entend contribuer à la recherche de solutions à ces questions. A travers le bureau du haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord, il offre son appui stratégique et technique aux parties signataires. Son accompagnement s’est matérialisé par l’ouverture, hier à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye, d’une rencontre intitulée : « les Modalités de mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles dans le cadre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali ». C’était sous la présidence du haut représentant du chef de l’Etat, Mahamadou Diagouraga, en présence du chef de mission de HD, Abdel Kader Sidibé.

Fiancée par HD, cette rencontre de trois jours se tient à la demande du bureau du haut représentant du chef l’Etat. Elle entend offrir un cadre de travail conjoint aux représentants du gouvernement, de la Plateforme et de la Coordination au processus de paix pour se saisir des questions politiques et institutionnelles, en associant des acteurs importants de la vie politique et sociale de notre pays. Il s’agit aussi de mettre à la disposition du secrétariat permanent du bureau du haut représentant et des signataires de l’accord une expertise technique nationale et internationale afin de développer ces questions. La rencontre ambitionne également d’identifier, comprendre et partager les enjeux prioritaires liés aux aspects politiques et institutionnels dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord.

Pour atteindre ces objectifs, une cinquantaine de participants venus de l’administration centrale, des institutions de la République, des partis politiques (majorité et opposition), de la société civile, des mouvements signataires, de la médiation internationale, joindront leurs expertises à celles des trois panelistes. Les anciens ministres Baba Berthé, Ousmane Sy et Lassine Bouaré, animeront des panels sur des thématiques comme « analyse du contexte politique et institutionnel du pays depuis l’indépendance et des choix qui ont été faits » ; « défis politiques et institutionnels au regard de la mise en œuvre de l’accord » ; et « les dispositions de l’Accord qui nécessitent une révision de la Constitution et pourquoi ».

Souhaitant la bienvenue aux participants, le chef de mission de HD a souligné que ce séminaire est une étape importante dans les discussions autour de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix. Cette séance, justifiera Abdel Kader Sidibé, permettra aux acteurs concernés de jeter les bases de discussions franches et constructives sur les aspects politiques et institutionnels. Il a ajouté qu’elle est l’occasion d’échanger sur les enjeux prioritaires liés à ces questions.

Cette rencontre est la première du genre que Mahamadou Diagouraga préside depuis sa désignation en qualité de haut représentant du chef de l’Etat. Dans son allocution liminaire, il a reconnu et rassuré : « Cet accord qui a soulevé et soulève encore tant de passion, suscite autant d’espoir de stabilité et de développement harmonieux pour notre pays ».

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here