Campagne nationale de reboisement: Une production de 54 361 276 plantes et le reboisement de 116 776,90 ha attendus cette année !

Le lancement officiel de la 22ème édition de la campagne nationale de reboisement aura lieu le samedi 6 août prochain à Tienfala sous la présidence du Premier ministre Modibo Keita. Le thème retenu pour cette édition est : « Reboiser les terres dégradées, un devoir noble contre les effets des changements climatiques » sous le slogan « reboiser les terre dégradées, c’est lutter contre la désertification, c’est aussi un acte de citoyenneté ».
Le lancement de cette campagne de reboisement sera couplé avec celui des activités de la grande muraille verte. Le ton a été donné hier par une conférence de presse à la Maison de la Presse organisée par les acteurs du monde de l’environnement pour expliquer les contours de l’organisation de cette campagne qui, vise à consolider les acquis antérieurs et maintenir l’élan déjà insufflé au cours des dernières années. C’était sous la présidence du chef de cabinet du Ministère de de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable (MEADD), M. Chiaka Coulibaly en présence du Directeur National des Eaux et Forêts, l’Inspecteur Général Biramou Sissoko et de plusieurs cadres de l’AEDD. Les actions programmées pour la seule journée du 6 août dans la forêt classée de Tienfala sur la route de Koulikoro vont concerner la réalisation de 10 ha de reboisement.
A l’instar des autres années, l’objectif global de cette campagne nationale de reboisement est de contribuer à lutter contre la désertification, à conserver la biodiversité, à atténuer les effets néfastes du changement climatique, à augmenter le taux de couverture végétale en contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la réduction de la pauvreté.
Pour le Directeur National des Eaux et Forêts, l’Inspecteur Général Biramou Sissoko, les campagnes de reboisement sont, entre autres des solutions, des moyens de mobilisation de masse pour lutter contre la dégradation des écosystèmes forestiers. Cependant, déplore-t-il, les évaluations annuelles des reboisements réalisés au terme des campagnes écoulées sont en deçà des attentes. C’est pourquoi, selon lui, l’un des défis majeurs de cette année reste l’entretien et la sécurisation des plantes.
L’édition 2016 se veut plus ambitieuse. C’est ainsi que pour cette campagne qui constitue la 22ème édition de la campagne nationale de reboisement, une production de 54 361 276 plantes toutes espèces confondues est attendue, y compris les plants pour le vernissage. La campagne doit permettre de reboiser 116 776,90 hectares de plantations tous types confondus dont 9840 ha de mise en défens pour : 29 143,3ha dans le territoire des collectivités; 27 943,6 ha de plantations dans les forêts classées ; 52 791ha au niveau des privés ; 6199 ha à réaliser par les ONG au niveau des communautés rurales ; et 200 ha de restauration des sites miniers. Aussi, il est question de réaliser des travaux DRES-CES de 51530 m de cordons pierreux, 25 766 m de de digues et diguettes en terre, 999 ha de zai dans les zones dégradées, 184 m de fascines, 1102 ha en régénération naturelle assistée et 190, 5 ha de demi-lunes.
Le reboisement figure en bonne place dans l’amélioration de la couverture végétale. C’est pourquoi, les activités de la 22ème édition de la campagne nationale de reboisement sont couplées avec celles de la Grande Muraille Verte du Mali qui est perçue comme une opération de relance du développement local et communautaire avec la stratégie d’intervention axée sur l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD).

Daniel KOURIBA

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here