Militaires maliens otages des djihadistes : Le Parena appelle le pouvoir à dire la vérité au peuple malien

Dès le lendemain de l’attaque meurtrière le 19 juillet du camp militaire de Nampala, la presse malienne a relevé dans les communications gouvernementales, le peu de sérieux, le mensonge et la manipulation de l’opinion, dans la communication gouvernementale. Le gouvernement a certes parlé de victimes en vies humaines et des blessés, mais sans pertinence et en occultant les militaires disparus, otages des djihadistes. Ce n’est qu’au lendemain d’une vidéo montrant les militaires capturés, que le ministère de la défense pense à reconnaitre six militaires disparus, pendant que la vidéo montre cinq, donnant à s’interroger sur le sort du sixième.

Le 20 juillet, au lendemain de cette attaque meurtrière contre les FAMAS à Nampala, le parti de la Renaissance nationale (PARENA) avait, dans un communiqué, invité le Gouvernement à « s’expliquer sur le nombre élevé de morts à Nampala, le sort des militaires disparus, le nombre réel de victimes, les carences du renseignement, l’inaction des forces et la nature des moyens mis à la disposition d’une unité couvrant une zone exposée et stratégique ». Mais, malgré ces appels à dire la vérité au peuple malien, les autorités « se sont enfermées dans l’intoxication et la manipulation de l’opinion nationale et internationale », rappelle le parti du bélier blanc dans un communiqué rendu public le samedi 6 Août 2016, recommandant « Halte au mensonge d’Etat et à l’humiliation de notre pays! ».

Le Gouvernement avait refusé de communiquer sur le sort des disparus. Il a fallu une vidéo d’Ansardine annonçant et montrant cinq (5) jeunes militaires prisonniers pour que le Gouvernement se décide à reconnaître que six (6) soldats maliens sont portés disparus depuis le 19 juillet, indique le communiqué du Parena. « Le président de la République et le Gouvernement mettent le Mali dans une situation bien embarrassante et humiliante. Incapables de doter les forces de moyens adéquats, incapables de mettre en place un système de renseignements pour orienter l’action des FAMAS et les protéger, incapables de dire la vérité au peuple qu’ils trompent à longueur de journées, nos dirigeants sont en permanence dans le tape-à-l’œil et l’intox. Ils ont perdu toute considération aux yeux du peuple », assène le communiqué du Comité Directeur du Parena.

La dissimulation de la vérité aux familles et au peuple sur la détention de militaires par les djihadistes est inacceptable, c’est une grosse humiliation de notre pays et de notre armée, selon le Parena. « Le président de la République qui a annoncé, dès le 19 juillet, que les assaillants de Nampala seraient traqués, devrait faire en sorte que les jeunes soldats retenus par les djihadistes rentrent à la maison au plus vite », recommande le Parena.

Au cours d’un point de presse, un porte-parole des FAMAS a souhaité l’union sacrée autour de nos forces qui mènent un combat difficile pour préserver la liberté du peuple malien. Le comité directeur du Parena se veut clair pour n’avoir, jusqu’à cette date, émis la moindre critique contre les FAMAS. « Aujourd’hui comme hier, nous critiquons la mauvaise gouvernance, les surfacturations criminelles et les détournements qui empêchent les FAMAS de relever le défi de la sécurité du peuple et de la défense du territoire. Par ces critiques, nous défendons les FAMAS. Nous continuerons à dénoncer la gabegie, le manque de vision et d’ambition qui sont les obstacles à une véritable refondation de notre outil de défense, de renseignement et de sécurité », promet le parti présidé par Tiebilé Dramé dans ce communiqué.

B. Daou

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here