Mise en œuvre de l’accord: Les journalistes maliens s’impliquent

M. Kazadi Ntolé, conseiller spécial du chef de la Misahel a présidé les travaux du séminaire axé sur le thème « le rôle des médias dans le suivi et la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali », du 28 au 29 juillet, à l’hôtel Salam.
Cet atelier est l’initiative de la Misahel , de l’Oif et de la Minusma. Il visait entre autres à présenter le contenu de l’accord en termes plus explicites, d’exposer les progrès réalisés et les défis de mise en œuvre, comprendre les enjeux induits par l’accord par rapport à l’avenir du Mali, comprendre le rôle des parties signataires, des autres acteurs nationaux, des accompagnateurs et celui des organes de suivi de la mise en œuvre et réfléchir sur des messages axés sur la paix et la réconciliation, ainsi que les conditions d’une nouvelle gouvernance du Mali conforme aux dispositions de l’accord. Compte tenu de l’importance du thème plusieurs professionnels de médias y compris les communicateurs ont pris part à la dite rencontre, qui fait suite à une 5 au 7 novembre 2014 et en plein pourparlers d’Alger, un séminaire visant à appeler les journalistes à communiquer dans l’esprit de la recherche de la paix et à préparer les acteurs et les populations à la connaissance et l’acceptation de l’Accord et sa mise en œuvre consensuelle et apaisée.
Deux jours durant, les journalistes se sont penchés sur les enjeux de l’accord et ce qu’il faut faire pour sa bonne marche. Des experts ont été reçus tour à tour pour entretenir l’assistance sur la question de sécurité au Mali, et de comment sortir de cette crise qui perdure. Parmi ceux-ci, figuraient Gaoussou Drabo, ancien ministre de la Communication qui a, d’ailleurs souligné d’accompagner l’accord même si souvent la mise en œuvre peut être critiquée. M Inhaye Ag Mohamed, secrétaire permanent au bureau du haut représentant du président pour la mise œuvre de l’accord dira que l’accord est en marche. Déjà, les nouvelles régions ont été créées et des sommes ont été injectées pour le développement des nouvelles régions.
Par ailleurs, l’arbre ne doit pas cacher la foret, des réels défis existent aujourd’hui dans nos différentes régions. Des confrères, dans l’exercice de leur métier sont dans une insécurité totale. « Nous avons peur de dénoncer certains faits », a signalé plusieurs participants surtout des zones de crise.
Aux termes de ce séminaire, plusieurs recommandations ont été faites. Il s’agit de multiplier les rencontres et les activités de renforcement des capacités entre les experts, les acteurs et les hommes de medias autour du suivi et de la mise en œuvre l’Accord, créer un site dédié au suivi et à la mise en œuvre de l’Accord et mieux utiliser les TIC sur la thématique (Facebook, youtube et twitter), mettre à disposition des médias les supports de vulgarisation de l’Accord (Audio,vidéo, papier), rendre effectivement opérationnelles les cellules de communication du bureau du Haut représentant du Président de la République et du Ministère de la Réconciliation Nationale, organiser des visites de presse dans les régions du Nord et centre du Mali (Partenaires, médiation, CSA), mettre en réseau les participants au séminaire et les personnes ressources qui l’ont animé.

A.D

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here