Mme Aminata Drame Traoré à Africable Télévision : Ce qu’elle ne dit pas

Depuis en certain temps, elle n’est plus sollicitée par les chaînes de télévision comme France 24, France 2 ou encore TV5.  Peut être, parce que celles-ci sont déjà répues des mêmes discours. Mais, Africable Télévision lui a fait appel la semaine dernière. Belle occasion pour Mme Aminata Dramane Traoré de dénoncer encore une fois, l’immaturité des hommes politiques Africains, des femmes du continent qui, ‘’après avoir perçu les perdiems des colloques internationaux retournent à la maison pour dormir’’, les ambitions démesurées de la France, des multinationales etc.…

Madame la panafricaniste, l’ancienne ministre malienne ne peut cependant parler de ses ‘’promesses’’ personnelles. Nous vous proposons d’en connaître quelques unes.

Madame Aminata Dramane Traoré ? Ce  nom en effet ne rappelle rien de glorieux. Et, comme si elle s’en doutait elle-même depuis fort longtemps, avait trouvé pour se singulariser, ce qu’elle appelle, ‘’l’expression de ma liberté’’ ; son fameux foulard et de ses boucles d’oreilles remarquables à des centaines de mètres. Succès total sur ce plan car Mme Gros Foulard est bien connue et réputée pour l’extravagance de ses parures. Au Mali et en dehors. Cependant, dans la glorieuse histoire, passée ou récente du Mali, Mme Aminata Dramane Traoré passe pour une totale inconnue. Elle n’aura même pas profité des événements du 26 Mars 1991 pour s’affirmer autrement. Qu’à cela ne tienne, les voies du Seigneur étant impénétrables, le Président de la République, Alpha Oumar Konaré, a sorti des ténèbres Mme Aminata Dramane Traoré pour lui servir sur  un plateau d’argent le département ministériel de la Culture. C’était en 1998. Hélas, la nouvelle Ministre de la Culture, douée surtout pour les ‘’affaires’’, avait très vite converti son département en une véritable entreprise familiale.

Les Maliens se souviennent, avec consternation, de l’évaporation sous son foulard, en 1999, de 60 millions de FCFA destinés à la prise en charge de l’ensemble de la délégation malienne devant participer à l’événement culturel, ‘’les Magiciens du fil’’, organisé par l’UNESCO à Paris. Et, comme si cela ne suffisait pas, Mme ‘’Culture’’ avait aussi, en lieu et place des artisans maliens méritants, choisi sa propre fille et ses propres tisserands’’.

Insaisissable et experte en gâchis (et en tout ce qui est susceptible de l’enrichir davantage), Mme Aminiata Dramane Traoré aura également l’idée de l’organisation d’une ballade touristique (internationale) qu’elle a baptisée ‘’Tombouctou 2000’’. Elle y engagea plusieurs millions de nos francs. Mais en fait de ‘’promotion de la ville de Tombouctou’’, qui n’en a d’ailleurs guère besoin, Mme Gros Foulard n’avait organisé ‘’l’évènement’’ que pour se faire connaître elle-même et promouvoir ses propres infrastructures hôtelières.

Les Maliens qui avaient été du voyage se souviennent certainement des images de cette Ministre de la République qui vendait et revendait elle-même aux visiteurs les produits de ses propres centres.

Il y a aussi le cas de cet appel d’offres pour la réhabilitation de l’hôtel Kanga de Mopti. Là aussi, agile comme une anguille, Mme la Ministre avait trouvé le moyen de contourner l’appel d’offres en vue de faire attribuer le marché à son entreprise personnelle. De plus en plus riche, de plus en plus cupide, ‘’Gros Foulard’’ tentera même d’acheter le campement-hôtel de Djenné. Echec et mat ! Les populations de Djenné lui opposeront un niet catégorique.

Ce sont là, entre autres, certaines ‘’réalisations’’ de Mme Aminata Dramae pendant son ‘’mandat ‘’ au Ministère de la Culture. Voilà donc une dame qui devrait, en authentique malienne, s’exiler ou s’enturbanner pour éviter nos regards.

Boubacar Sankaré


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here