Chambre des mines du Mali : Le bureau de Pona englué dans des détournements, surfacturations et licenciements abusifs

Les responsables du bureau de la Chambre des mines du Mali, dirigé par Abodulaye Pona, s’embourbent dans la mauvaise gestion du secteur minier. Le bureau actuel, qui est d’ailleurs dans l’inégalité totale, son mandat ayant pris fini, est en train de faire main basse sur les biens de cette organisation. Après des détournements à la pelle, des surfacturations à gogo, l’heure des licenciements abusifs a sonné.

Dans la multitude des affaires, il y a le différend qui oppose Abdoulaye Pona à Oumar Cissé. Oumar Cissé est délégué du syndical et chef de division des affaires juridiques. Il a fait l’objet d’un licenciement abusif depuis le 24/11/2015. Comment tout cela est arrivé. Oumar Cissé est un simple employé de la Chambre des Mines du Mali, une structure publique à caractère professionnel, dotée de la personnalité morale et d’une autonomie financière. Elle a été créée par la loi N°006 du 14 janvier 2004. À ce jour, sa gestion est confiée à un bureau de sept membres présidé par Abdoulaye Pona.

Oumar Cissé signe avec la Chambre des Mines un contrat à durée indéterminée, le 01/09/2011. Tout se passe bien jusqu’à ce 28/04/2015, où certains travailleurs apposent leurs signatures sur une lettre sous forme de pétition adressée au ministre de tutelle, pour réclamer leurs salaires en retard de payement ainsi que les parts de l’INPS et de l’AMO dûment retranchées de leurs salaires sans être reversées. Cissé et ses camarades du syndicat deviennent alors l’objet de toute sorte d’humiliation et de mépris de la part de la direction de la CMM. Sans avertissement, sans préavis de licenciement, Oumar Cissé reçoit une convocation de l’inspection du travail pour une tentative de conciliation, le 29/09/2015, signée du Directeur lui-même, Houday AG Mohamed.

Sur place, il est informé par le directeur de l’inspection du travail que son employeur ici présent, en la personne de M. Sékou Dioro Dicko, secrétaire général de la Chambres des mimes, était décidé à licencier une dizaine de personne pour motif économique, dont lui-même. Séance tenante, Oumar Cissé se permet de rectifier l’inspecteur en lui disant que Sékou Dioro Dicko n’était pas son employeur et n’avait aucun mandant pour agir au nom d’un élu. Ensuite, il fait savoir à l’inspecteur que la Chambre des mines ne souffre que de deux maux : le problème administratif de la part du secrétaire général et la très mauvaise gestion financière de la part du président Abdoulaye Pona. Eu égard à tous ces propos, l’inspecteur reconnaît que la forme n’y ait pas et demande à M. Cissé de lui apporter des preuves que la Chambre des mines a des ressources suffisantes pour éviter cette situation de licenciement collectif. Ce qui fut fait ; et le licenciement pour motif économique a alors échoué.

Après cet échec, Pona et ses acolytes se rabattent sur une mission effectuée par Oumar Cissé, six mois après le dépôt de son rapport de mission, pour lui infliger une faute lourde. Alors que l’article 26 de leur règlement administratif dit ceci : «Aucune faute ne peut être sanctionnée au-delà d’un mois à compter du jour où l’employeur en a eu connaissance à moins que des poursuites pénales n’aient été exercées dans ce même délai.» À la lumière de toutes les pièces juridiques fournies pour mettre fin au différend, malgré le refus de l’inspection du travail et du ministre de tutelle par correspondances, M. Pona a procédé à son licenciement le 24/11/2015.

Sur conseil de ses camarades syndicalistes, Oumar Cissé continuait à venir au travail, sans percevoir son salaire ni autre avantage jusqu’au jour où ils ont enlevé son bureau, le 15 juillet 2016. Il cumule donc neuf mois d’impayés. Quand ils lui ont donné une mise en demeure pour qu’il libère son bureau, Oumar Cissé s’est assuré les services d’un avocat afin de saisir le tribunal du travail. D’autant que la Chambre des mines lui reproche d’avoir détourné un montant de quatre millions quatre cent mille Francs CFA (4.400.000 Fcfa), malgré toutes les pièces justificatives mises à sa disposition. Il n’en fallait pas plus pour que M. Cissé se braque contre M. Pona, pour détournement de deniers publics.

Détournements à la Chambre des mines

Selon Oumar Cissé, à la Chambre des mines, «c’est le vol à ciel ouvert», d’abord autour des cartes frauduleuses. Ça se passe à travers la vente illicite de carte pour drague, qui s’acquière au prix de cinquante mille Fcfa (50. 000 Fcfa), selon l’arrêté N°2013-3265/MM-SG du 06 août 2013, instituant le registre de la chambre des mines du Mali. Après avoir confectionné des cartes pour drague au double du prix normal, ils ont fait deux sortes de cartes qui ne figurent pas dans le tableau, à savoir les Mototaxis et les cracheurs. L’arrêté ne parle en aucun moment de ces deux engins. Au retour des missionnaires, et après la reconstitution du stock de cartes confectionnées au niveau de la comptabilité, 21. 002 cartes de 50.000 Fcfa avaient disparu. Un rapport en fait foi. Oui, le 08/04/2015, un rapport a été établi pour notifier un manque à gagner d’un montant de 105. 010. 000 Fcfa.

Le cas des cartes de Kéniéba

Toujours concernant les cartes, pour cette localité, M. Pona a fait la décharge de 4000 cartes. Sur les 4000 cartes qu’il avait amenées à Kéniéba, seules 144 cartes de drague ont été distribuées. Si on fait un simple calcul d’arithmétique, il en reste 3.856. Mais au passage de l’équipe d’audit, lors de son entretien avec Mme Tembely, la direction a nié catégoriquement l’existence de ces cartes. Et reconnaîtra plus tard que ces cartes servent à alimenter la caisse noire de M. Pona. Oui, la caisse noire !

Par ailleurs, selon M. Cissé, Pona a détourné les sous de la Chambre des mines à travers un contrat de travail illicite au bénéfice de Gilles DIRICKX, conseiller économique. Lequel était payé à 2 millions par mois, plus 300 litres de carburant, 250 mille Francs de prime de logement. Alors que Gilles était logé et nourri par Abdoulaye Pona. Pendant quatre bonnes années, l’argent de la Chambre des mines permettait à Pona de joindre les deux bouts. Ledit contrat, signé entre Pona et l’intéressé, n’a jamais été visé par aucune entité administrative, notamment la direction nationale du travail.

Apparemment, le président de la République des orpailleurs, enfin M. Pona, se moque de la réglementation et des carences du secrétaire général, qui n’a pas daigné faire viser le contrat par la direction nationale du travail. En chiffres, le traitement de Gilles DIRICKX donne ceci : 2.000.000+(300+650)+25000=2.445.000Fcf/mois.2.445.000*12=29.340.000 l’an. 29.340.000*4=117.360.000 en quatre /an. En quatre ans, M. Pona et son frère GILLES ont empoché 117. 360. 000 Fcfa.

L’affaire du véhicule 4X4

Pour récompenser sa fidélité et sa complicité dans les malversations et détournements des biens destinés à la meilleure gestion des orpailleurs maliens, le président de la Chambre des mines a acheté un véhicule 4×4 Prado à hauteur de 15.000.000 Fcfa pour son secrétaire général, Dioro Dicko, nous apprend M. Cissé. Ensuite, il y eut le décaissement d’un montant de 30.000.000 Fcfa, pour assurer, dit-on, les frais de prestation des avocats contre un décret du ministre des Mines d’alors, Dr. Boubou Cissé. Lequel leur avait signifié la fin de leur mandat.

C’est vrai, M. Pona bénéficie d’une période de grâce de trois mois qui prend fin le 24 août 2016. Mais le comportement de M. Pona prouve qu’il ne veut pas laisser derrière lui un centime dans les caisses de la Chambre des mines. Alors que la Chambre des mines doit rembourser 102 .022.257, sans oublier le reliquat des frais de location. Un tel personnage mérite-t-il d’être candidat au poste de président de la Chambre des mines ? Ce Monsieur doit rendre des comptes aux orpailleurs.

Sirafily SAKILIBA

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here