Crise sécuritaire dans le sahel occidental malien : Le poste de sécurité de Gogui au centre d’une polémique Défense – Ressortissants

Entre les ressortissants de la commune de Gogui et les décideurs de l’armée malienne, l’atmosphère n’est plus à l’idylle. Si les deux ont jusque-là fait preuve d’une grande complicité dans la gestion des dossiers relevant de la sécurité à la frontière Mali – Mauritanie, aujourd’hui, c’est la grande méfiance. Principal point de discorde, la seconde phase des travaux de construction du poste de sécurité de Gogui. Ici, c’est comme si chacun défend son cas. Finalement, au sein de la défense nationale, l’impression est qu’il faut tout faire pour reléguer au second plan les ressortissants de Gogui. De leur côté, ceux – ci disent : « non ! À Gogui, surtout pour ce qui est de ce chantier, rien ne peut se faire sans non… ».

Face à la tension qui monte petit à petit, les deux gros regroupements de la commune de Gogui (ARGO et la Coordination) ont décidé d’agir. Ils l’on fait savoir à travers cette note adressée au ministre de la défense et des anciens combattants dont nous avons eu copie. Le contenu in extenso !!

Monsieur le Ministre

Le poste de sécurité de Gogui, crée en 1962 est le garant de la sécurité d’une large partie du Sahel Occidental.

Cependant, à une époque récente, et ce en pleine situation d’insécurité généralisée, il fut évacué, créant ainsi la psychose au sein des populations.

Monsieur le Ministre, en raison de la situation géographique de la commune de Gogui (15 kms du premier cercle de la Mauritanie : Koubeiny), nous avons estimé nécessaire sinon vital, le retour  de nos forces de défense et de sécurité.

A cet effet, nous Association des Ressortissants de la commune de Gogui

(ARGO) avons saisi toutes les autorités compétentes de la question.

La réaction fut à hauteur de souhait : nos forces de défense et de sécurité sont revenues à Gogui.

Toutefois au regard de l’insalubrité et du délabrement total des bâtiments destinés aux hommes, nous avons pris l’initiative de construire en matériaux durables, 05 dortoirs et 03 toilettes, ce pour améliorer les conditions d’hébergement.

Pour ce faire nous avons reçu toutes les autorisations requises des différentes autorités concernées.

Le Jeudi 21 mars 2013, il fut donc procédé à la pose de la première pierre en présence du représentant du Ministre de la Défense et des Anciens combattants, le colonel Seydina Oumar Dicko, du préfet de Nioro représentant le Gouverneur de Kayes, des représentants du comité militaire de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité, du commandant du 42ème régiment – Mixte de Nioro, le colonel Salif Baba  Daou, du  colonel Diallo représentant le chef d’Etat – Major   des armées, des députés élus de Nioro, du représentant de la  Directrice du Génie militaire des associations du cercle de Nioro de la commune de Gogui, des notabilités et l’ensemble des autorités locales.

Monsieur le Ministre, les dates du 03 Janvier 2013, du 11 Février 2014, et du 28 avril 2014 sont autant de repères en ce qui est des activités de l’ARGO et de la coordination. Elles indiquent les grandes étapes qui ont abouti à la mise en œuvre  du projet.

Le Jeudi 24 Avril, soit 13 mois plus tard, toutes les autorités  administratives, militaires et politiques de la région de Kayes se rendirent à Gogui pour la remise des clés du poste de sécurité.

Cette cérémonie grandiose fut présidée par le secrétaire général du Ministère de la défense et des anciens combattants, le Général Yacouba Sidibé représentant le Ministre.

Le poste de sécurité est baptisé du nom de feu l’Adjudant/chef Barnabe  Diarra, qui fut l’un des sous-préfets de Gogui.

Monsieur le Ministre, ce survol ne vise qu’à vous montrer combien les populations, l’ARGO, la coordination et la diaspora de la commune de Gogui tiennent à la réalisation entière du projet.

En effet, après la réception de votre courrier N° 01079/MDAC-CAB du 12 Mai 2015 ( que nous comprenons fort bien), une mission de restitution a été dépêchée sur le terrain.

Après donc de longs et difficiles conciliabules, l’ensemble des participants souhaiterait voir le projet finalisé au sein d’un partenariat avec votre département. L’association se propose ainsi de prendre en charge les 20% du montant en main d’œuvre et autres matériaux locaux.

Pour la construction nous avons opté pour des briques pleines  pour un mur d’une hauteur de 03 mètres.

Monsieur le Ministre, nous sommes des Soninkés, donc très pointilleux et très sensibles, quand il s’agit de situations engageant notre parole donnée, notre honneur.

En effet, le 03 Janvier 2013, jour de la présentation du projet aux populations beaucoup d’engagements furent pris.

La rencontre s’est déroulée à la Mairie de Gogui en présence du  chef de village de Gogui entouré de 11 chefs de villages, 11 Imams, des responsables de 33 associations de femmes et de jeunes, du maire et du sous-préfet de la commune du Gogui , qui prêtèrent le serment solennel de mener à terme le projet, quel que soit le sacrifice que cela nécessiterait.

La réalisation du projet est ainsi devenue un point d’honneur pour l’ensemble des ressortissants de la commune de l’intérieur comme de l’extérieur.

A quoi devrons donc servir toutes ces autorisations pour la phase II, qui ont pourtant  incitées nos ressortissants à s’engager sans réserve ?

Ces  populations ne comprendraient et n’apprécieraient surtout pas de se voir mis à l’écart dans la réalisation de cette 2ème tranche du projet, qu’elles considèrent comme leur « chose ».

Monsieur le Ministre, nous faisons donc appel à votre noble esprit de conciliation afin qu’’une solution  idoine  soit  trouvée.

Nous estimons que cela, ne serait que justice, si nous nous appuyons sur la politique de décentralisation de notre Pays.

Un célèbre et illustre fils d’Afrique, le Roi Guézo du Dahomey (Benin) disait ceci « si chacun des fils de ce Pays mettait un doigt sur un trou de ce canari percé, il contiendrait de l’eau » !

Monsieur le Ministre, le trou sur lequel l’ARGO a mis le doigt n’est autre que le poste de sécurité de Gogui et elle y tient.

En guise de devoir de mémoire nos remerciements et toute notre reconnaissance, vont à l’endroit de nos anciens premiers Ministres :

Monsieur Cheick Modibo Diarra, Monsieur Django Sissoko, Monsieur Moussa Mara et Monsieur Modibo Keïta pour leur inlassable et indéfectible soutien

Veuillez  recevoir Monsieur le Ministre, l’expression de notre profond respect.

 

Signé les présidents de la Coordination des Associations de Gogui et de l’ARGO, respectivement  Imam  Mahamadou DIABY et Mahamadou DIAKITE


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here