“FASO BARO” : Armée et crise dans le Nord : l’ex-PM Mara met les pieds dans le plat

Premier invité du Carrefour d’opinion “Faso Baro” du Réseau des jeunes pour la paix au Mali (RJPM), l’ancien Premier ministre Moussa Mara, a assené ses vérités sur la gestion de la crise du Nord. En plus des problèmes de financement de la Loi d’orientation et de programmation militaire qui a été adoptée en 2015, il dénonce “certains dans le gouvernement qui n’ont pas intérêt que la mise en œuvre de l’accord soit effective”.

A la première édition de la conférence débat de lancement du Carrefour d’opinion “Faso Baro” du Réseau des jeunes pour la paix au Mali (RJPM), il y a une dizaine de jours, l’ancien Premier ministre Moussa Mara, a fait des révélations sur l’armée malienne et l’application de l’accord pour la paix.

Il a déclaré qu’”en 2000 et 2001, l’armée malienne était dans un état plus critique que maintenant. Cependant, l’ancien président de la République, ATT, a fait des efforts. Mais tous ces efforts ont été dévoyés par la corruption. Par exemple si le Mali devait acheter des BRDM neufs, on se permettait de rassembler les anciens BRDM en Tchécoslovaquie ou en Bulgarie et on les facturait au prix du neuf. Et après quelques coups de feu, ces vieux matériels tombaient en panne”.

Il a regretté le fait que sous l’ancien président, ATT, il y a eu beaucoup de recrutements dans l’armée, mais qui ont été faits sur la base du “clientélisme, du népotisme, avec des quotas pour le Mouvement citoyen et d’autres formations politiques”.

“Durant ces 20 dernières années, ils ont en un mot enterré l’armée, car sous l’ancien président, Alpha Oumar Konaré, le choix était fait depuis le haut sommet de l’Etat, de tout faire pour ne pas mettre l’armée dans ses capacités optimales. C’est pourquoi, les hommes ne bénéficiaient ni de formation ni d’équipements. Et c’est depuis ce moment qu’ils ont commencé à enterrer l’armée petit à petit. Les Maliens doivent savoir que durant ces 20 dernières années, ils ont transformé notre lion en petit chat. Sinon on peut tout reprocher à l’ancien président Moussa Traoré, sauf de ne pas mettre l’armée à niveau et dans les meilleures conditions de combat”, a soutenu l’ancien Premier ministre. Le conférencier s’est dit convaincu que ce n’est pas en deux ans, voire trois ans qu’on peut redresser l’armée malienne.

“Cela n’est pas possible même en moins de 10 ans. C’est pourquoi, la Loi d’orientation et de programmation militaire a été élaborée. A l’époque, j’étais Premier ministre. Et dans cette loi, il est prévu qu’au-delà du budget initial alloué à la défense, d’injecter 200 milliards de F CFA dans nos forces armées et de sécurité. C’est vrai que la Loi a été votée en avril 2015, mais durant toute l’année 2015, l’Etat n’a pas pu, dans le cadre de l’exécution de cette loi, injecter 5 milliards de F CFA. Idem pour cette année 2016. Il faut que les autorités disent la vérité à la population par rapport à cette loi qu’on a votée et dont on manque de moyens financiers pour sa mise en œuvre”, a soutenu M. Mara.

Selon lui, l’armée dont les Maliens rêvent ne pourra être une réalité qu’à travers cette loi. “Ce n’est pas en achetant deux camions, 4 pick-up çà et là, en recrutant des jeunes, qu’on pourra bâtir une armée digne de ce nom. Mais c’est en mettant plutôt les moyens financiers conséquents comme les 200 milliards de F CFA annuels de la Loi de programmation militaire. Cependant, il faut que les autorités disent la vérité aux populations par rapport à la faible mobilisation des ressources financières de cette loi. Et pourquoi ne pas demander à nos concitoyens, aux sociétés minières de la place, de contribuer pour lever ce fonds”, a suggéré Moussa Mara, président du parti Yéléma. Il a aussi soutenu que de nos armées africaines ne sont pas bien organisées pour faire face à ces groupes terroristes.

Les torpilleurs

Dans les débats, l’ancien Premier ministre Moussa Mara a donné également son point de vue sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. “Certains dans le gouvernement n’ont pas intérêt que la mise en œuvre de l’accord soit effective”.

Selon lui, la responsabilité du retard dans la mise en œuvre de l’accord n’est pas seulement imputable aux groupes armés, mais aussi à certains membres du gouvernement. “Beaucoup de chefs rebelles et de simples combattants vivent de cette crise, car c’est grâce à ce conflit qu’ils sont accueillis à l’extérieur, hébergés à Bamako dans des hôtels de luxe. Sans compter que des membres des groupes armés se font beaucoup de sous à travers le trafic de drogue et le terrorisme. Donc, tous ceux-ci n’ont pas intérêt que l’accord soit mis en œuvre”, a révélé M. Mara.

Ce n’est pas tout. Il a ajouté que dans le gouvernement Modibo Kéita, certains sont en train de torpiller ledit accord, car “dans la gestion des pouvoirs publics, l’accord préconise une décentralisation poussée. Avec ce système de gouvernance, le pouvoir ne sera plus concentré ici à Bamako. Et beaucoup de gens ici dans la capitale n’y ont pas intérêt, car, pour eux, le pouvoir c’est synonyme d’argent. Et ces personnes font tout pour torpiller l’accord. C’est vrai que les groupes armés sont en retard par rapport au désarmement, mais aussi le gouvernement malien est également en retard dans l’élaboration de certains textes conformément à l’accord. Donc en conclusion, les deux parties sont en retard, raison pour laquelle l’Accord piétine toujours…”, soulignera le président du parti Yéléma.

Ces propos ont été relayés par notre confrère “Aujourd’hui le Mali”.

Maliki

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here