Eclairage public à Bamako : De nombreux points noirs à travers la ville

Dans un contexte d’insécurité nul n’ignore que l’éclairage public participe énormément à la sécurisation des populations. Prenant la juste mesure de cette réalité, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick Alhousséïni, a visité samedi dernier le réseau d’éclairage public de Bamako. Ont participé à cette sortie les membres du cabinet ministériel, le directeur général d’EDM, Mahamadou Guindo, le directeur général adjoint de l’Agence des énergies renouvelables du Mali (AER-Mali), Dr Béïdari Traoré et plusieurs autres cadres du département en charge de l’énergie.

Cette visite de terrain nocturne du ministre Malick Alhousséïni visait à faire l’état des lieux des éclairages publics dans la ville de Bamako. Partie de la Cité administrative vers 19h30 mn, c’est à Hamdallaye sur une Avenue peu éclairée (pour raison de panne des lampadaires solaires) que la tournée s’est achevée aux environs de 23 heures. Au cours de sa ronde à travers la ville, la délégation s’était rendue au rond-point BMS à Sébéninkoro en passant par le pont de Woyowoyanko, la voie goudronnée près du cimetière d’Hamdallaye.

Les autres endroits visités par le convoi ministériel sont la route menant à la présidence de la République à Koulouba (RN1) et la route de Koulikoro (RR14), la route reliant l’aéroport international Modibo Kéïta au 3ème pont de Bamako en bifurquant l’Avenue CEDEAO. Un passage sur les ponts des Martyrs et Fadh a également figuré au programme de la visite.
A l’issue de la tournée et en réaction au triste constat de la situation de panne que connaît une grande majorité des 396 lampadaires solaires de Bamako, le directeur général de l’AER-Mali a, d’entrée de jeu, reconnu l’existence de contraintes ou problèmes techniques. Lesquels, aux dires de Béïdari Traoré, ont trait aux défaillances des batteries, des régulateurs et des ampoules des lampadaires solaires. « Aujourd’hui, nous sommes sur le point de réhabiliter tous ces lampadaires et certains bailleurs de fonds contactés par nos soins sont prêts à financer l’opération », a-t-il expliqué.

Le directeur général d’EDM a, pour sa part, mis l’accent sur les difficultés auxquelles la société est confrontée, à savoir le vandalisme et les cas d’accidents dont font l’objet ses équipements de la part des camions et autres véhicules. « Il arrive dès fois que les gens volent les équipements de l’éclairage public. Nous demandons donc à l’ensemble de la population de nous assister dans le cadre de la surveillance de ces installations et de signaler tous les problèmes qu’il y a pour nous permettre d’intervenir très rapidement », a lancé Mahamadou Guindo en rappelant que l’éclairage public participe de la sécurité de la population.
Livrant ses impressions, le ministre de l’Énergie et de l’Eau a tout d’abord regretté que certains foyers ne s’allument pas sur les voies éclairées à partir du courant conventionnel. Pour les axes qui sont carrément plongés dans l’obscurité, Malick Alhousséïni a préconisé la création de nouveaux réseaux d’éclairage public.

S’agissant des voies secondaires qui sont éclairées à partir du solaire et dont les lampadaires sont en panne depuis plus de deux ans, le chef du département de l’Énergie et de l’Eau a recommandé un diagnostic par rapport à la qualité du matériel utilisé mais également le service après vente et l’entretien.
« A l’issue de cette visite, je pense qu’il y a un travail technique à réaliser sur l’ensemble du réseau, tant le réseau d’éclairage public à partir du courant conventionnel que le réseau alimenté à partir du solaire. En somme, nous sommes là dans une première visite, d’autres visites suivront pour que la ville de Bamako soit éclairée de façon régulière », a résumé le ministre Malick Alhousséïni.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here