Grande commission mixte Mali-Namibie : Les attentes des deux premiers ministres

Arrivé à Windhoek dimanche après-midi, le Premier ministre Modibo Keita a rendu une visite de courtoisie hier matin à, Saara Kuugongelwa-Amadhila, première femme à occuper le poste de chef de gouvernement dans ce pays. Les deux personnalités, en présence des responsables techniques des deux pays, ont exposé leurs attentes par rapport à la grande commission mixte.

Le Premier ministre Modibo Keita a ainsi partagé des réflexions qui, de son point de vue, doivent inspirer les travaux de la première grande commission mixte. « Un grand honneur d’être ici avec une forte délégation de nature à développer une bonne coopération entre les deux pays. Mes premiers mots sont des remerciements pour la qualité de l’accueil. Nous nous sentons comme chez nous. Nous ne sommes pas dépaysés mais nous découvrons un pays debout qui donne l’impression de croire qu’une heure n’est pas seulement 60 minutes. Étant donné le chemin parcouru en si peu de temps. Cela nous amène à ne plus croire à la fatalité », a souligné le Premier ministre.

Modibo Keita a ensuite rappelé que « seul le travail permet de faire des succès » et souligné que la tenue de cette rencontre est la concrétisation de la volonté de nos deux chefs d’État d’étoffer la coopération entre le Mali et la Namibie. « Le chemin que nous avons parcouru était déjà emprunté par nos chefs d’État. Ce sont ces différents déplacements qui nous permettent d’être près les uns des autres », a encore souligné Modibo Keita.

Le chef du gouvernement a assuré aussi que le président Ibrahim Boubacar Keita, au cours de son dernier séjour en terre namibienne du 18 au 22 mars 2016, a gardé l’image d’un pays frère. « Quand le président namibien était venu à Bamako, il s’agissait de renforcer les relations fraternelles entre nos deux pays. Notre coopération peut avoir une coopération à différents niveaux. Nous avons des points communs : l’adversité de la nature et d’autres similitudes. Comme le vôtre, notre pays est confronté à d’énormes défis. Plus de 70% de la population est du monde rural. Il appartient aux hommes de transformer leur environnement. Mais le faire positivement », insistera-t-il.

Modibo Keita s’est dit impressionné par les progrès réalisés par ce pays en si peu de temps. « Ce qui pouvait être considéré comme un handicap est devenu un véritable atout en Namibie. C’est pour cette raison que nous devons échanger nos expériences. Et nous croyons en cela. Nous avons conféré à ce voyage une dimension technique et politique », a développé le chef du gouvernement qui a souhaité que cette grande commission mixte qui réunit deux pays en voie de développement ne soit pas une commission classique. « Beaucoup s’arrêtent au niveau des ambitions. Nous voulons que celle-ci soit inscrite dans l’action à travers des projets concrets. Nous sommes tous porteurs de valeur », a ajouté le chef de la délégation malienne.

En réponse, le Premier ministre namibien a indiqué que tous les progrès réalisés en Namibie sont consécutifs au soutien des pays africains, comme le Mali, dans le cadre de la lutte pour la libération de son pays. Pour Mme Saara Kuugongelwa-Amadhila, la Namibie a encore beaucoup à apprendre des autres pays africains ayant acquis leur indépendance depuis les années 60. « Nous comptons aussi partager votre expérience dans le domaine de la lutte contre l’ensablement en dehors des relations dans le domaine agricole », a souhaité le Premier ministre namibien en rappelant les similitudes entre les climats des deux pays.

Interrogé sur les potentialités de coopération, Modibo Keita a expliqué aux partenaires namibiens que le développement rural, l’exploitation minière, la fabrication de vaccins, le domaine universitaire, le système de solidarité nationale sont, entre autres, des domaines qui intéressent beaucoup notre pays. « Les domaines sont donc nombreux. Il nous appartient de les explorer. Mais nous ne pouvons pas tout faire en même temps. Il faut alors faire une hiérarchisation», préconisé Modibo Keita.

Après cet échange de prise de contact, le Premier ministre a visité le musée de l’indépendance de Namibie. Ancienne colonie allemande de 1884 à 1915, la Namibie est passée sous protectorat sud-africain au lendemain de la première guerre mondiale. Ce n’est que le 21 mars 1990 que ce pays accèdera à l’indépendance au terme d’une guerre contre l’Afrique du Sud.

Le guide du musée expliquera aussi que le peuplement de cette région d’Afrique australe a commencé il y a 15.000 ans avant Jésus-Christ. Comme en témoigne les peintures rupestres présentes un peu partout dans le musée. Inauguré par le président Hifikepunye Pohamba le 21 mars 2014, « Independance memorial museum », un bâtiment de 3 étages, s’impose comme un passage obligé aux visiteurs de la Namibie.

A l’issue de la visite, le Premier ministre a pu appréhender l’histoire de la nation namibienne de la pré-colonisation allemande jusqu’à la victoire de la SWAPO en 1991, en passant par l’époque coloniale, la Première guerre mondiale, l’arrivée des Anglais, l’apartheid, la lutte pour l’indépendance.

A l’issue de cette immersion dans l’histoire de ce pays de l’Afrique australe, Modibo Keita, laissant parler son cœur, a dit toute son émotion : « Nous avons été impressionnés. Nous avons vu un peuple plein de créativité. A la période coloniale, comme à la guerre de libération, nous avons vu un peuple engagé. Nous avons vu aujourd’hui ce même pays engagé sur la voie du développement. Nous félicitons donc le peuple namibien ».

Envoyé spécial A. M. CISSE


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here