Situation au Nord du Mali : quête de paix et climat tendu sur le terrain

Sous la présidence du Haut représentant du chef de l’Etat pour la mise en œuvre de l’accord, le général Mahamadou Diagouraga, une rencontre a eu lieu à Bamako le vendredi 12 août 2016. Deux principaux sujets étaient à l’ordre du jour : l’arrêt définitif des affrontements à Kidal et la reprise du processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Autour de la table, étaient réunis les délégués de la Cma et de la Plateforme, en présence d’un représentant de l’Algérie, chef de file de la médiation internationale. Ont pris part également à la rencontre la Minusma, la Cédéao et de l’Union européenne qui, faut-il le souligner, sont des partenaires internationaux qui accompagnent le Mali depuis l’éclatement de cette crise. Le chef d’état-major de la Cma, Colonel Mohamed Najim, était venu spécialement du Maroc pour cette rencontre. Les participants se sont répartis entre deux groupes de travail. Le premier était chargé des questions sécuritaires et l’autre traitait des questions politiques et institutionnelles.

Malgré cette initiative, certains groupes sont toujours sur pied de guerre. C’est ainsi qu’on apprend, de sources militaires concordantes, qu’à Kidal, un groupe d’une vingtaine de Pick-up a quitté la ville le samedi 13 août 2016 en fin d’après-midi pour prendre position à une vingtaine de km au Sud de la capitale de l’Adrar des Ifoghas. Et qu’un autre groupe de la Cma est aussi en préparation opérationnelle à Igouzar (route de Tine-Essako). Ce qui fait craindre une action militaire de la Cma contre les positions de la Plateforme dans les jours, voire les heures à venir.

Sur le terrain, les assassinats ciblés ou tentatives d’assassinats se poursuivent à Tombouctou, où Mahmoud Ould Jahidy, chef militaire du Maa/Plateforme, a quitté pour une destination non précisée. Il a été victime d’une tentative d’assassinat et a été atteint de 3 balles dont une à la mâchoire. Il avait été évacué d’urgence à l’hôpital régional de Tombouctou. Une tentative d’assassinat que beaucoup d’observateurs lient à des conflits internes liés à la mise en place des Autorités intérimaires dans certaines localités de la région de Tombouctou. Il faut rappeler que, la semaine dernière, les corps sans vie de 3 Arabes ont été découverts au Nord de la ville de Tombouctou.

Dans les coulisses de la rencontre de Bamako, surtout dans les hôtels le samedi 13 août 2016, Alghabass ag Intallah, à la vue de la délégation du Gatia dans le même hôtel que lui (Onomo Hôtel), a demandé à la Minusma de lui changer de lieu de résidence. Motif évoqué: Onomo Hôtel serait infesté de mécréants (Ikufar en Tamasheq). Sa délégation a été transportée au Grand hôtel, où Alghabass a déclaré qu’il n’est pas en conflit avec les Imghads, mais avec le Mali. La délégation qui a débarqué à Bamako après une cuisante défaite à Tassik Edjerer, région de Kidal, aurait avancé l’argument que le Hcua et ses compères jihadistes combattent la Plateforme et non le Gatia. Ce qui avait été pressenti par nombre d’observateurs de la crise.

À rappeler que les affrontements de mardi et mercredi passés à Kidal ont fait 39 morts, 3 véhicules brûlés, 7 autres récupérés en bon état, et 34 blessés à l’hôpital de Kidal, du côté Hcua. Le Gatia a perdu 5 combattants et a enregistré 24 blessés dont 3 graves.
Sinaly KEÏTA

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here