Taekwondo, passation de grades : Les ceintures noires en demonstration

La Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) a organisé, samedi denier au Centre Moon Kwang de Bacodjicoroni ACI, l’examen de passage au grade de ceinture noire 1er, 2è, 3è, 4è et 5è dan. L’événement était présidé par le Directeur technique national (DTN) de la FEMAT, Maître Alioune Badara Traoré, ceinture noire 7è dan en présence d’une foule nombreuse majoritairement composée de parents et d’amis des candidats.
Dans une brève allocution, le DTN de la FEMAT a d’abord expliqué l’importance du passage de grade pour les combattants et pour l’instance dirigeante du taekwondo national avant d’évoquer les épreuves proprement dites. «Nous sommes là dans le cadre de passage des grades de ceinture noire 1er, 2è, 3è, 4è jusqu’à 5è dan.

Ce passage des grades est très important dans la vie des combattants, il lui donne plus de confiance et renforce son amour pour le taekwondo. Pour la fédération, le passage de grades permet toujours de faire un point sur les formateurs», indiquera Maître Alioune Badara Traoré.
«C’est quand un combattant obtient un certain nombre de grades, qu’il passe du statut d’élève à celui de maître, c’est-à-dire de formateur. Le passage de grades se traduit par plusieurs épreuves d’ordre technique, ses habilités, sa compréhension de cette technique, ensuite des connaissances d’ordre théoriques, qu’est ce qu’il connaît de sport qu’il fait, en quoi ça lui sert, ceux sont des questions qu’on lui pose, il faut qu’il se sent membre du groupe et qu’il comprend le fonctionnement du groupe», ajoutera le DTN avant de conclure par les innovations qui sont ajoutées à l’examen de cette année.

«Il y a des innovations pour le passage des grades cette année, parce qu’on a changé un peu le programme. On a ajouté un certain nombre de choses qui n’étaient pas prises en compte avant. Il s’agit du nombre de compétitions et de combats».
Le taekwondo, c’est un sport qui frappe, les clés et autres on les pratique surtout en aïkido mais dans le taekwondo, il y a cette section qui s’appelle lakido, qu’on a commencé à enseigner. Désormais, les casses se feront sur les planches pour voir la puissance et la précision de l’élève», précisera le DTN.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here