Conflit entre CMA et Plateforme à Kidal: Echec de la médiation de Bamako

Depuis un certain temps, rien ne va plus entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad et la Plateforme. Un conflit fratricide oppose ces deux mouvements signataires de l’accord de paix sur la gestion de la ville de Kidal. Pour apaiser les tensions et obtenir un cessez-le-feu Bamako par le biais du haut représentant du chef de l’Etat, Mamadou Diagouraga, tente de trouver un terrain d’entente entre les protagonistes, mais en vain, pour le moment.
La médiation ainsi commencée avec diligence a du mal à donner des fruits car les groupes armés en conflit refusent de s’entendre sur ce qu’on appelle la gestion de la ville de Kidal, devenue la mystérieuse pour Bamako.
Pour rappel, cette médiation menée sous l’égide Bamako a pour objectif d’obtenir un cessez-le-feu et le faire respecter par tous les moyens. Mais en vain car les parties en conflit ont du mal à se mettre d’accord sur un certain nombre de points liés au contrôle de la ville, Kidal. Il ya aussi la poursuite de la mise en œuvre de l’accord notamment la mise en place des autorités intérimaires dans les régions du nord prévue courant ce mois d’août.
A regarder de près, ce conflit a une autre dimension. C’est ainsi que, du côté de la Plateforme, on estime que ces accrochages à répétition sont d’ordre communautaire, donc entre Ifoghas et Imghads et qu'il n'y aura pas de cessez-le-feu sans une gestion équitable de la ville de Kidal. Cette idée de conflit avec cette étiquette à lui collée par la Plateforme est fausse, réplique la CMA. Et elle ajoute que le problème qui les oppose est tout simplement lié à la gestion de la ville de Kidal.
En tout cas, la non résolution de l’équation de Kidal représente un coup de frein à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Il est important que l’Etat du Mali amène ses enfants égarés à la raison le plus rapidement possible.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here