Ras Bath au Tribunal de la Commune IV : Sang et dégâts matériels, Comparution reportée

Mercredi 17 août 2016 au tribunal de la Commune IV. La comparution de l’activiste Ras Bath était prévue dans la matinée à 9h 30 mn. Avant cette heure précise, la rue qui passe devant le tribunal était inaccessible. Du monde à perte de vue. Ils sont tous des fidèles auditeurs de l’émission du chroniqueur sur la radio Maliba FM. Ils sont venus le soutenir et exiger sa libération. Sur place, l’acte est jugé injuste. Dans la plainte du procureur Général,  il est mentionné ‘’ atteinte aux mœurs et injures publiques à caractère sexuel’’. Avant ce jour, le nom de Bandiougou circulait. Son altercation avec Rasta sur les antennes serait la principale cause. Rejet total par les manifestants. Ils estiment que le pouvoir veut autre chose. Museler Rasta car il est aujourd’hui le seul homme qui étale les déboires des hommes forts du pays (politiques, commerçants etc.).

Jusqu’à 11h, aucun signal de la présence de l’accusé. La foule débordait. De tous les côtés, on y voyait de regroupement de jeunes  se diriger vers le tribunal. Injures, malédictions à l’endroit du régime… enfin des échanges de tir, gaz lacrymogène contre cailloux. Cela juste après le message (suite de l’affaire) passé par les avocats de l’accusé aux manifestants. La foule se dispersa. C’est le sauve qui peut. Toutes les ruelles à l’alentour étaient  bondées du monde. Malgré tous, certains appelaient à résister. Des femmes aux portes des maisons venaient en soutien. Beurre de karité, produits mentholés etc.  Etaient donnés aux manifestants fatigués par les effets des gaz. Ils foncent, au risque de leur vie, sur les forces de l’ordre. Sous l’effet de la rage, les manifestants saccagent et mettent le feu  à tout sur leur passage. Ainsi, voitures personnelles (comme celle d’un avocat, Siriki Zana Koné) ; pickup up des gardes et policiers   au sein même du tribunal dont la porte a été enlevée. Entre temps, le renfort (plus d’une dizaine de véhicules) est venu du GMS. La situation s’embrase et l’altercation entre manifestants et forces de l’ordre faits des victimes côté civil. Deux morts et des blessés. Les routes sont bloquées. La commune IV est devenue inaccessible. La principale voie qui relie Lafiabougou au centre-ville  est envahie par des pneus, cailloux, ordures etc.

Dans l’émission en direct de Maliba FM, on confirmait une rencontre entre le procureur général près la cour d’appel de Bamako et le ministre de la juste garde des sceaux, Maître Mamamdou Ismaïla Konaté au tour de l’affaire.

Le Prêcheur Bandiougou qui serait la raison de l’interpellation de Rasta, les manifestants juraient de régler son compte. Ils ont traité l’acte du Procureur d’injuste car Bandiougou est le premier à insulter Rasta et toute sa famille. Le PG devait aussi tenir compte de cela. Les manifestants ont profité de l’occasion pour faire ressortir les propos malsains de ce prêcheur à l’endroit de certains responsables du pays en l’occurrence Dioncounda Traoré (président de l’assemblée nationale, ADEMA), honorables Safiatou Touré (PDES) et Kadiatou Coulibaly (URD).

Ce qui hante les esprits, est ce que l’interpellation de Rasta serait uniquement due à son altercation avec Bandiougou ?

Aux dernières nouvelles, la comparution n’a pas eu lieu. Cela est dû à la pression des manifestants.

Boubacar Yalkoué

Derniers messages de Rasta avant son arrestation

« #‎Mali – Au moment où je publie ces notes, je devrais être en route pour la Radio MALIBA FM, mais malheureusement, je suis en route pour le CAMP 1.
Des militaires sont venus me chercher pour m´y conduire, en dehors des horaires administratifs. Il est plus de 20 heures a ‪#‎Bamako.
Votre émission CARTES SUR TABLE, prévu pour 21 heures, n´aura pas lieu ce soir ou aura lieu avec du retard, ou encore n´aura plus jamais lieu.
Les heures qui vont suivre, nous édifierons.
Pour un Mali meilleur, aucun sacrifice ne peut être de trop !
Vive le Mali »

15 août, 20 41 mn (Ras Bath)

L’idéal de la Vérité : Attirant…mais difficile à adopter, Ras Bath en est victime

Vérité,  sagesse ! Voici deux choses qui ont effrayé et qui continuent d’effrayer les hommes. Elles affligent malheurs, humiliations, injures à tout homme qui les prend comme les maximes de ses actes. Il en a été ainsi, tout le temps, dans toutes les sociétés.

Ainsi ce qui est arrivé à Ras bath, s’est produit plus d’une fois au Mali. Il est la suite logique d’un mépris de vérité qui anime l’esprit des politiques et religieux maliens qui battent en brèche les valeurs éthiques et morales dans les sens. Instaurant ainsi la malhonnêteté, le mensonge, la corruption comme le fondement de leurs actions politiques et religieuses.

Ces racailles, qui sont pour la plupart, l’objet de réquisitoires de ce qu’on appelle « cracheur de feu » attendaient le bon moment avec impatience pour chanter hourra. En réalité, l’arrestation et la traduction de Ras Bath devant la justice n’étonnent personne. Dans ces derniers moments, il a été la cible de plusieurs attaques verbales dont celle de Bandiougou DOUMBIA  qui  a fait le tour de nombreuses oreilles. En orientant ses critiques vers certaines personnes, qui détiennent toute la législation en mains, et qui la font et défont selon leurs intérêts personnels égoïstes, Ras Bath s’est jeté dans l’enfer. Même  l’ange Gabriel  ne peut pas  lui tirer d’affaire. Il dû oublier  que dans une société qui dégage d’odeurs puantes de pourriture, apporter une saveur qui donne goût à la vérité  est portée atteinte aux mœurs qui ne constituent aucun contenu. Socrate (philosophe grec) a été condamné pour les mêmes raisons : la corruption de la jeunesse. Même s’il est exagéré de  comparer  Ras Bath à Socrate dont l’austérité morale a traversé les âges, leurs combats  se ressemblent : Faire triompher la vérité. A côté de Socrate, l’exemple des luttes combien pénibles menées par les prophètes  illustre les difficultés qui émaillent le chemin de la Vérité. Il est ainsi évident que la victoire de la vérité,  relève de l’exception et de l’erreur. Alors, Nietzsche n’a pas tort de dire ceci dans Ainsi parlait Zarathoustra : « Et si la vérité a une fois remporté la victoire là-bas, demandez-vous avec une bonne méfiance : « Quelle erreur a combattu pour elle ? ». P 428.

Enfin, Ras Bath n’est-il pas victime de son idéal ?


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here