Quand la bureaucratie européenne freine la lutte contre le terrorisme au Sahel

Sur le papier tout a été parfaitement réglé depuis plusieurs mois : l’Union européenne financera à hauteur de cinquante millions d’euros la force mixte multinationale (FMM) créée par les pays membres de la commission du bassin du lac Tchad (CBLT: Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad) et le Bénin pour lutter contre la secte extrémiste nigériane Boko Haram.

Mais à ce jour, pas le moindre centime n’a atterri dans les caisses de la CBLT en son siège à N’Djamena, la capitale tchadienne. Et il est même à craindre que cette aide européenne ne soit pas libérée avant la fin de l’année, en raison des lourdeurs et des dogmes bureaucratiques bruxellois.

En effet, alors que l’urgence de la lutte contre les attaques répétées de Boko Haram dicte que l’aide soit décaissée directement au plus vite en faveur de cinq pays contributeurs de la FMM, l’UE entend la faire transiter par les caisses de l’Union africaine (UA), son homologue pour le continent africain.

Il reviendra ensuite à l’UA de convoyer les fonds vers la Commission économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) puis vers la CBLT. En mettant ensemble le maquis bureaucratique de chacune des institutions, on pourrait craindre que l’arrivée effective de l’aide européenne à la FMM ne prenne encore quelques années.
Promesses non tenues

La décision de l’UA de faire transiter son aide par Addis-Abeba, où la présidente de la Commission, N’Kosazana Dlamini-Zuma, et ses commissaires sont en fin de mandat, est d’autant plus surprenante que l’UE s’était engagée en novembre 2013 à Bamako, aux côtés d’autres institutions internationales telles que la Banque mondiale, l’ONU, la Banque africaine de développement (BAD), à mettre en place des procédures dérogatoires pour les pays du Sahel.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here