Facebook et Twitter sont complétement coupes, Viber et Whatsapp connaissent des perturbations : Les jeunes utilisent des solutions de contournement

86

L’AMRTP, la DGSE, Orange-Mali, Malitel : Qui sont responsables ? Les réseaux sociaux coupés à Bamako une première au Mali ! C’est sous le régime d’IBK qu’on aura vu la plus grande restriction à la liberté d’expression. La capitale Bamako, depuis les événements suite à l’arrestation de l’activiste, Ras Bath, est coupée du reste du monde. Même au pire moment du régime dictatorial du général Moussa Traoré, de mémoire de connaisseur, le Mali n’avait connu une telle restriction en matière d’accès aux services de communications.
Apres la manifestation de soutien à Ras Bath, les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter sont coupés à Bamako. « A l’attention du président de la République, du Premier ministre, du ministre de la justice, garde des sceaux en passant par le procureur général (PG) près la Cour d’Appel de Bamako est-ce que dans un pays démocratique qui respecte la liberté d’expression on doit couper les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) ? se demandent les jeunes maliens qui ont pu se connecter. « Comment peut-on interrompre les réseaux sociaux dans un pays démocratique ?», s’étonnent-ils. Et de poursuivre : « Des maliens soutiennent-ils sont morts pour que la liberté d’expression soit un acquis, à l’issue des événements de mars 1991.
Mais où va ce pays ? Après avoir déguerpi des pauvres commerçants détaillants qui n’ont aucune autre alternative pour vivre si ce n’est leurs petits commerces, avoir envoyé des jeunes recrues à la mort au Nord pendant que les soi-disant têtes pensantes de l’armée se la coule douce entre Bamako et les différentes capitales du monde en première classe, maintenant arrête un seul chroniquer qui n’a que son micro pour informer les maliens. Mais quelle honte ? Ras Bath exprime toute cette colère enfouie dans le fort intérieur des maliens. Il dit haut ce que les citoyens pensent tout bas. IBK réveille-toi avant qu’il ne soit trop tard et ces genres de pouvoir d’une incompétence notoire finissent mal. » Que Dieu nous en garde !

Des solutions de contournement

« Ils veulent nous museler en coupant les réseaux sociaux et bien, ils ne réussiront pas. Nous restons en veille. Nous restons aux aguets. Nous sommes contre la violation de nos droits fondamentaux, nous déplorons les arrestations arbitraires, nous sommes contre l’incompétence, le vol, la corruption et autre maux qui minent le Mali », fulminent un groupe de jeunes autour du thé dans le quartier populaire de Djicoroni.
Honte au régime ! Jusqu’à présent on pensait qu’on était mieux en démocratie que des pays comme le Tchad ou le Congo Brazzaville. Là, c’est la honte.
Pour un jeune très doué dans la manipulation des nouvelles technologies : « La vieille génération oublie que nous avons été formés dans de grandes écoles du monde. Ils peuvent bloquer Facebook mais les moyens d’informations sont multiples et divers. Nous ne sommes pas des enfants gâteaux de ce régime, il y a au Mali des dignes fils de ce pays qui se sont formés pas aux frais de la République mais à la sueur de leur front et nous resterons mobiliser afin de mettre fin à l’injustice. Il a même fait cas d’une astuce qui consiste à changer juste de paramètre de localisation dans paramètre confidentiel et mettre juste un autre pays d’origine et ça marche. », et d’ajouter : « Il y a plein d’autres et suivant le niveau de blocage on tiendra les jeunes informés »
Cette population qui manifeste à mains nues ne comprend pas que Ras Bath ce citoyen lambda malien, qui n’est ni le président de la République, chef d’Etat, chef Suprême des Armées, ni le chef d’Etat-major des armées, puisse par ses propos démobiliser les troupes. A moins que les troupes du Mali ne soient constituées uniquement de soldats obéissant à n’importe quel propos venant de n’importe qui. Nous disons et rappelons ces manifestations ne sont en fait que le ras-le-bol d’une population frustrée, trompée, roulée dans la farine par le pouvoir.
En effet, les citoyens qui ne peuvent pas comprendre acceptent difficilement que pour un soit disant atteinte aux mœurs, propos démobilisant des troupes, outrages publics et injures, les autorités arrêtent un citoyen lambda qui dénonce certaines dérives du pouvoir pendant que ce même pouvoir reçoit à bras ouverts avec gite et couvert aux frais des pauvres contribuables maliens dans des hôtels de luxe des voyous de rebelles de la CMA et consorts qui ont égorgé des soldats maliens tué, violé, rendu handicapé sur des bases raciales, tribales.
Suite à une violente manifestation qui s’est soldée par la mort d'au moins une personne et a fait de nombreux blessés, certains réseaux sociaux sont coupés au Mali. Mais que ce soit du côté du département de la Communication, d’Orange-Mali, de Malitel, de l’Agence malienne de régulation des télécommunications et des postes (AMRTP), de la Direction générale de la sécurité d’État (DGSE), le service de renseignement malien, personne n’a voulu assumer la responsabilité de la situation qui rappelle les pires moments du régime de la Corée du Nord, l’un des pays, les plus fermés sur la planète.
Oumar Traoré
Source: L'Humanité

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here