Mali-Namibie : le grand bon de la coopération

La Grande commission mixte qui s’est tenue dans la capitale namibienne a abouti à des conventions dans les secteurs de l’agriculture, du commerce, de l’élevage, des mines. Ces documents seront signés en novembre prochain

La session inaugurale de la Grande commission mixte Mali-Namibie a quasiment tenu toutes ses promesses. Cette rencontre à laquelle participait, la semaine dernière, le Premier ministre Modibo Keita et plusieurs membres du gouvernement, s’est achevée par la signature d’un procès-verbal qui précise les secteurs prioritaires de coopération entre les deux États. A Windhoek, les travaux de deux jours ont été sanctionnés par la signature dudit document à l’aéroport par le Premier ministre Modibo Keita et Mme Netumbo Nandi-Ndiatwah, Vice-premier ministre namibien et ministre des Relations et de la Coopération internationales.
A l’occasion de la cérémonie de signature, Modibo Keita a réitéré ses remerciements à l’endroit des autorités namibiennes non seulement pour la qualité de l’accueil mais aussi et surtout la volonté commune d’accélérer le rapprochement des deux pays. Et ce, malgré la distance et la barrière linguistique. « L’engagement du gouvernement namibien est sans réserve », a constaté le Premier ministre Keita qui a promis que le Mali fera tout pour que cette coopération soit exemplaire.
Les deux personnalités ont déploré l’inexistance de relations commerciales entre la Namibie et le Mali. Pour corriger cette lacune, les bonnes intentions ont été exprimées dans le sens de la signature prochaine (avant novembre 2016) de plusieurs conventions dans differents domaines.
Sur le plan agricole, les deux parties ont convenu de promouvoir les produits agricoles. L’exportation de la viande rouge et le transfert d’expertise et de données issues de la recherche intéressent les deux partenaires qui souhaitent également se lancer dans la commercialisation du poisson et la sélection génétique des poissons.
Le Mali comme la Namibie sont de grands producteurs miniers. Le diaman est pour le second ce que l’or représente pour le premier. Ensemble, il s’agit de mettre l’accent sur la formation et l’échange de technologies sur l’industrie minière. Les opportunités d’investissement dans ce secteur sont donc nombreuses. Même volonté de coopération dans le domaine du commerce et de l’industrie. A ce niveau, la promotion du secteur privé est une priorité absolue. D’ailleurs, les hommes d’affaires maliens seront invités à la conférence d’investisement de Namibie qui se tiendra les 8 et 9 novembre 2016 à Windhoek. Les accords bilatéraux de la grande commission mixte seront signés en marge de cette conférence, ont assuré les deux Premiers ministres.
Qu’il s’agisse de la cybercriminalité, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ou encore de la culture, Maliens et Namibiens ont décidé de donner un coup de piston à ces domaines au grand bénéfice des deux pays. Une réunion bilatérale est prévue pour en fixer les modalités pratiques. La sécurité sociale n’a pas été oubliée lors des discussions. Le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadou Konaté, a multiplié les rencontres avec les autorités compétentes namibiennes à ce sujet. Ils ont discuté des questions relatives au combat contre la pauvreté, le mécanisme de la protection sociale et les indemnités de retraite.
Pour faire prospérer les affaires et les échanges culturelles et universitaires entre les deux pays, il convient de travailler en amont sur les facilitations du visa. Notre pays a pris le devant en proposant à la partie namibienne un projet d’accord sur l’exemption de visa au profit des détenteurs des passeports diplomatiques et de service. Le document est soumis à l’avis du bureau de la Cour des comptes de Namibie. Ce pays affiche une hygiène de vie très appréciable. Notre pays peut, sans nul doute, s’inspirer de cet exemple probant de gestion des ordures. Une convention est en gestation dans ce sens.

Envoyé spécial
A. M. CISSE


Maliens de Namibie : LE POIDS DE LA MAUVAISE IMAGE DE NOTRE PAYS DANS LES MÉDIAS

Le Premier ministre en compagnie de nos compatriotes de Namibie
Le Premier ministre en compagnie de nos compatriotes de Namibie
A la veille de son retour à Bamako, le Premier ministre a rencontré nos compatriotes vivant en Namibie. Modibo Keita a d’abord brossé les grandes lignes de la coopération entre le Mali et la Namibie. Cette coopération, née depuis 1998, n’avait malheureusement connu aucune évolution substantielle, a précisé le Premier ministre Keita. Afin d’inverser cette tendance, a ajouté le chef du gouvernement, une forte délégation malienne était venue jusqu’à Windhoek pour échanger sur des projets de conventions en vue de concrétiser la volonté de nos deux chefs d’État.
Le chef du gouvernement a ensuite donné des explications sur la situation du Mali aux Maliens résidents dans ce lointain pays d’Afrique australe. Parlant de l’état de notre pays, il a informé nos compatriotes sur l’évolution de la crise sécuritaire. A grands traits, il a pédagogiquement expliqué les différentes péripéties qui ont abouti à la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation. Les terroristes, ces « ennemis de la paix », continuent à semer la terreur, a déploré Modibo Keita qui s’est étendu sur le rôle de la MINUSMA dont le mandat a été rendu plus robuste en juin par le Conseil de sécurité de l’ONU afin de l’adapter à la situation.
Pour le Premier ministre, cette force internationale fait un travail remarquable. Son rôle étant la stabilisation de la zone en conflit. Il a précisé ensuite que le rôle de l’armée nationale reste prépondérant dans la défense des populations. Modibo Keita a présenté les condoléances du gouvernement suite au décès d’un de nos compatriotes en Namibie le mois dernier.
La communauté malienne s’est dite rassurée par les informations données par le chef du gouvernement. Réaffirmant leur attachement à la mère patrie, nos compatriotes ont exprimé leur préoccupation par rapport à la mauvaise image que les médias internationaux distillent sur notre pays. « Même muni d’un visa, un Malien a des difficultés pour venir ici. Or, nos femmes et nos enfants sont restés au pays », a déploré Idy Sam qui vit dans ce pays depuis plus d’une décennie. Il a également évoqué les difficultés liées à l’acquisition des logements sociaux et à la réception du signal de la télévision nationale.
A toutes ces préoccupations, le Premier ministre a donné des apaisements en promettant des solutions dans la mesure du possible. Il a invité nos ressortissants à respecter les lois de leur pays d’acceuil. « Vous portez tous le manteau d’ambassadeur du Mali. C’est pourquoi, il faut bien vous comporter pour honorer le Mali », a recommandé le chef du gouvernement.

A. M. C.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here