Après le 2èm tour des législatives à BARAOUELI: L’URD fustige certains membres du gouvernement

Après les résultats du 2ème tour de l’élection législative partielle d’un député à l’Assemblée Nationale dans la circonscription électorale de Barouéli qui s’est tenue le dimanche 07 Août 2016 entre le candidat de l’URD, Modibo Niaré et le candidat de l’ADEMA-PASJ, Bouréma Dicko. A l’issue de ce résultat c’est le candidat de l’ADEMA qui s’est proclamé vainqueur avec 20.747 voix soit 54,34% voix, et l’URD a eu 17.435 voix soit 45,66%. Au lendemain de la proclamation des résultats, les leaders de l’URD ont organisé le mercredi dernier un point de presse dans leur siège sis à Badalabougou, pour informer l’opinion nationale et internationale sur les faits qui se sont déroulés sur le terrain.
Le point de presse était dirigé par le premier vice-président de l’URD, Pr Salikou Sanogo, le secrétaire à la communication du parti, Me Demba Traoré, les députés de l’URD, Mody N’Diaye et Mamadou Hawa Gassama en présence des membres de l’opposition.
Dans ses propos liminaires, le Pr Salikou Sanogo a fait savoir que sur les 39.633 votants, 38.182 suffrages ont été provisoirement validés avec un taux de participation de 42,07%. Avant d’ajouter que le candidat de l’URD a obtenu 17.435 voix soit 45,66% et celui de l’ADEMA – PASJ a eu 20.747 voix soit 54,34% des voix. A ses dires, l’URD s’attendait à être écrasée au second tour, pour dire que depuis la salle du conseil des Ministres du 03 août 2016, des injonctions ont été faites par le Président de la République à l’ensemble des membres du gouvernement pour que la victoire soit du côté du candidat de l’ADEMA-PASJ.
«L’URD ne peut pas comprendre qu’avec tous les problèmes sécuritaires et de mal gouvernance qui caractérisent le quotidien de notre pays depuis trois ans, que les sessions du conseil de ministres, cadre prestigieux de rencontre et de très haut niveau présidé par le Chef de l’Etat, au lieu de servir de laboratoire à proposer des solutions aux multiples problèmes de l’heure, spéculent sur les stratégies à mettre en place pour empêcher vaille que vaille l’élection d’un candidat de l’URD, donc de l’opposition. Le ridicule ne tue plus dans ce pays », a précisé le vice président de l’URD.
Selon lui, la volonté du Président Ibrahim Boubacar Keïta a été traduite par la ruée des membres du gouvernement sur le terrain. Quand les uns promettent des emplois à tous les fils du cercle de Barouéli, d’autres distribuent gratuitement des sacs d’engrais et autres matériels agricoles. Certains n’ayant autre chose que l’argent, ont préféré le distribuer à volonté. Le spectacle était désolant et pathétique. Au même moment nos braves militaires étaient mortellement agressés par les djihadistes faute de moyens adéquates permettant de faire face à l’ennemi.
Il dira aussi que le candidat de Ibrahim Boubacar Keita a obtenu le siège, ainsi dit ainsi fait. Les désirs du Président IBK sont des ordres. Prions Dieu le Tout Puissant pour que durant le reste de son mandat calamiteux, ses désirs soient orientés vers l’équipement de notre armée et vers la résolution des problèmes auxquels le Mali est confronté, a-t-il conclu.
En prenant la parole, le secrétaire général de la section URD de Baraouéli, l’honorable Mody N’Diaye, dira qu’il y a eu une distribution pléthorique d’argent et une pression forte sur l’administration locale par la majorité présidentielle lors de ce deuxième tour de l’élection législative partielle de Barouéli. Face à cet état de fait, l’honorable souhaite que le sort des 900 000 cartes NINA fictives soit définitivement réglé, mais aussi la nécessité pour le Mali d’aller vers le vote biométrique. Selon lui, si on doit coller une étiquette au candidat de l’Adema qui sera député, on pourrait le considéré comme un député élu sur les fonds publics et grâce au trafic d’influence de tout genre.

F. Coulibaly

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here