Coupe sommet Afrique-France 2017 : Dans le vif du sujet

La cérémonie de lancement de la coupe sommet Afrique-France 2017, pour la paix, la réconciliation et l’amitié franco-africaine s’est déroulée, dimanche 21 août 2016 au stade Mamadou Konaté. L’événement était présidé par la première Dame et marraine de la compétition, Mme Keïta Aminata Maïga, en présence du ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, ses collègues de la Promotion de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Mme Sangaré Oumou Bah et de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Keïta Aida M’Bo. On notait également la présence à la cérémonie du président du Comité national d’organisation du Sommet Afrique-France (CNOSAF), Abdallah Coulibaly, du chargé d’affaires de l’ambassade de France au Mali, Emmanuel Farcot et du maire de la commune III, Abdel Kader Sidibé.
Organisée par le Comité national d’organisation du Sommet Afrique-France 2017, la coupe SAF, pour la paix, la réconciliation et l’amitié franco-africaine est le premier acte important fixé dans le cadre de la mobilisation sociale autour du 27è Sommet Afrique-France que notre pays abritera en janvier 2017. La première phase de la compétition débutera par un tournoi intercommunal dans le District de Bamako, et par le tournoi inter-quartier en France, au stade Salif Keïta de Cergy-Pontoise.
La compétition se poursuivra avec l’organisation d’une super coupe qui regroupera les vainqueurs des six communes de Bamako, ceux des régions, de France et d’Afrique. A travers ce tournoi, plusieurs milliers de personnes à travers le Mali, l’Afrique et la France, seront informées et sensibilisées sur les enjeux de la réussite du sommet pour le développement, pour la paix, et mobilisées dans le cadre des campagnes d’éducation à la citoyenneté, à l’assainissement, à la salubrité et au développement durable.
La cérémonie de lancement a été marquée par plusieurs interventions dont celles du chargé d’affaires de l’ambassade de France au Mali, Emmanuel Farcot qui a salué l’organisation de la coupe SAF 2017 avant d’insister sur l’importance du sommet. «C’est une perspective de toute première importance pour le Mali et pour la France puisque pas moins de 60 délégations de très haut niveau sont attendues.
L’organisation de ce sommet est un défi commun au Mali et à la France. Depuis plus d’un an nos pays sont engagés dans l’organisation de cet événement», dira Emmanuel Farcot. «Le goût de l’effort, l’esprit d’équipe et la solidarité sont les mots d’ordre qui animent toutes les personnes impliquées dans l’organisation de ce sommet. Et j’espère que les participants à ce tournoi sauront s’en inspirer pour jouer dans un esprit de fair-play et de compétition», ajoutera-t-il.
Pour le président du comité national d’organisation du Sommet Afrique-France 2017, Abdallah Coulibaly, la cérémonie de lancement du tournoi est porteuse de plusieurs symboles dont le plus important est l’unité nationale. «Nous sommes ici ensemble pour montrer l’image d’un Mali accueillant, enthousiaste, un Mali qui sait mériter la confiance et la solidarité de ses amis. Car le sommet, c’est pour nous», soulignera-t-il, avant de témoigner sa reconnaissance à la première Dame, Mme Keïta Aminata Maïga, au Premier ministre, au gouvernement, à l’ambassadeur de France et aux sponsors pour leur soutien. A la suite du premier responsable du CNOSAF, le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo dira que l’organisation de la coupe SAF est «une initiative ambitieuse, participative et inclusive pour la jeunesse et l’ensemble des partenaires du sports malien». «Ils ont décidé de conférer au sport son rôle historique de moteur de paix, d’amitié, de solidarité et de communion de cœur et d’esprit entre les jeunes, les citoyens et entre les générations. Cette approche s’inspire parfaitement des valeurs retenues par les autorités pour symboliser le 27è Sommet Afrique-France», renchérira le ministre Guindo.
Pour la marraine de la compétition, Mme Keïta Aminata Maïga, l’enjeu de cette coupe SAF est très symbolique. «Plus qu’une compétition entre des équipes, le tournoi est de haute portée sociale. Notre pays se remet de la crise sécuritaire intervenue en 2012 et le tissu social s’en est trouvé fortement décousu. Le sport tout comme l’environnement n’a pas de frontière. Le sport est une école pour la vie, un outil pédagogique pour inculquer aux jeunes et à tous les pratiquants l’acceptation de l’autre avec ses différences, l’esprit de la compétition, la joie de l’effort, le travail d’équipe, la discipline, la persévérance, le fair-play et l’amitié. Tous ces facteurs concourent à l’apprentissage du respect de la chose publique, du respect de l’autre et bien sûr de l’amour de la patrie, indissociable de la culture de la paix», insistera la première Dame avant de poursuivre : «Tous ceux-ci confèrent au sport un outil important, non seulement pour la construction du citoyen et le dialogue entre les peuples mais aussi un outil de développement. C’est pourquoi on conjugue le sport avec tous les secteurs du développement».
Après ces allocutions, place sera faite à l’équipe «Ousmanebléni» et l’équipe Moriba Dembélé qui se neutraliseront 1-1 en ouverture du tournoi. Auparavant, le public du stade Mamadou Konaté avait assisté au défilé des délégations des six communes de Bamako et de l’Association des handicapés de la commune III.

L. M. DIABY

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here