Ambassadeur du Mali auprès de la CPI : Sékou Cissé : “Les crimes au nord ne se sont pas limités à des attaques de notre patrimoine”

Les autorités maliennes, qui avaient saisi la CPI en janvier 2012 afin d’enquêter sur les crimes commis dans le Nord, attendent beaucoup de ce procès tout en annonçant qu'”aucun crime ne restera impuni”.

Cette lutte contre l’impunité, selon elles, se fera dans le cadre de la coopération judiciaire entre la CPI et la justice malienne. au micro de l’envoyé spécial de Studio Tamani, Issa Fakaba Sissoko, l’ambassadeur du Mali auprès de la CPI , Sékou dit Gaoussou Cissé,  a déclaré  que “le procès qui s’ouvre aujourd’hui (Ndlr : lundi)  constitue donc pour nous une étape majeure dans le processus que nous avons entamé ensemble avec la communauté internationale pour restaurer la paix et la stabilité dans les régions du Nord du Mali affecté par la crise et pour rompre avec l’impunité des crimes ignobles dont les maliens ont été victimes. Ce procès nous apporte un fort soulagement, en tant que peuple affecté et nous encourage dans nos efforts de renforcement de l’Etat de droit et de lutte contre l’impunité dans notre pays. Les crimes qui ont été commis et qui se commettent toujours dans les régions du Nord du Mali, ne se sont pas limités à des attaques de notre patrimoine culturel. Plusieurs personnes dont des femmes et des enfants ont été victimes de crimes graves par des groupes armés non seulement à Tombouctou mais aussi dans les autres régions. Le gouvernement du Mali reste déterminé à poursuivre les auteurs de ces crimes et à faire justice à de nombreuses victimes”.

LA HAYE: Procès du présumé jihadiste malien : les soupçons de l’AMDH

Les associations de défense des droits de l’Homme s’interrogent sur un éventuel accord entre la Cour pénale internationale et le présumé djihadiste malien, Ahmad Al Faqi Al Ahmadi jugé depuis le début de la semaine pour la destruction d’une dizaine de mausolées et d’édifices religieux à Tombouctou entre juin et juillet 2012 pendant l’occupation jihadiste.

Selon des informations qui ont circulé lundi à La Haye, le “plaidé coupable” d’Al Faqi entraînerait une réduction de la peine comprise entre 9 et 11 ans au lieu des 30 ans. Une perspective qui fait vivement réagir l’AMDH.  Au cours de l’émission grand dialogue de Studio Tamani lundi, son secrétaire général Amadou Bocar Tékété, a déclaré que “l’accord accordé entre le procureur et la défense, ça je crois que si c’est un lapsus encore ce serait bon pour moi, parce que sinon c’est un danger. C’est dangereux. Parce que le procureur étant accusateur ne peut pas avoir un accord déjà avec la défense, si éventuellement l’inculpé plaidait coupable. Et s’il est réel qu’ils ont eu l’accord avant que l’on ait le procès est-ce que ce n’est pas cet accord qui a poussé l’inculpé à plaider coupable ? A partir du moment où l’accord a été une entente entre la défense et l’accusation. Là cela pose un problème. Mais qu’à cela ne tienne ! Je n’accorde pas une circonstance atténuante à ce monsieur là parce-que tout simplement il doit servir de leçon et il faut qu’il réponde. Si le maximum c’est 30 ans qu’on le condamne à 30 ans ça ne fait que justice”.


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here