Secteur minier ouest-africain : Vers la mise en place d’une association africaine des Chambres des mines

La réunion, qui s’est tenue du 17 au 19 août 2016 à l’hôtel Salam, a rassemblé l’ensemble des acteurs gouvernementaux et privés du secteur des mines de l’Afrique de l’Ouest, sous l’égide du Conseiller principal en industrie de la Commission de l’Union africaine, Frank Dickson Mugyeni. Il avait à ses côtés le président de la Chambre des mines du Mali, Abdoulaye Pona, et Lamine Dembélé, Secrétaire général du ministère des Mines du Mali.

 

Le but de la réunion était d’aboutir à une plate-forme de dialogue du secteur privé, basée sur les principes de la Vision minière africaine. Cette rencontre a permis un dialogue ouvert, qui a abouti à une solution gagnant-gagnant pour un meilleur positionnement du secteur privé. Plus spécifiquement, les objectifs de la réunion consultative étaient d’examiner et de discuter des modalités potentielles d’engagement du secteur privé dans la Vision minière africaine ; de recueillir les commentaires et réactions pour l’amélioration continue du cadre de collaboration avec le secteur privé dans la mise en œuvre de la Vision minière africaine ; de discuter des modalités de constitution d’une Association africaine des Chambres des mines qui sera affiliée à l’Union africaine.

 

«Nous devons transformer en essai victorieux cette main tendue des Etats africains à travers l’Union africaine qui, comme on le voit, est résolument engagée à nous consulter et à associer pleinement les opérateurs miniers privés africains aux processus de discussions, de décisions et même de gestion du secteur des mines en Afrique», a indiqué le président de la Chambre des mines du Mali, Abdoulaye Pona. Avant d’ajouter que l’enjeu est de taille et que les espoirs placés en la rencontre sont amplement justifiés, parce que la place qu’occupe le secteur des mines dans l’économie de nos Etats est de plus en plus importante.

 

«Mais ce sur quoi tout le monde s’accorde aujourd’hui, c’est que l’exploitation des ressources minières profite peu ou pas aux Etats et aux communautés africaines. Comment inverser cette tendance ? La réponse à l’ensemble de nos préoccupations en matière de ressources minières réellement profitables à l’Afrique est d’abord et avant tout dans notre unité, dans notre union, dans notre cohésion, dans notre capacité à s’accepter, à s’écouter et à s’entendre au moins sur l’essentiel», a plaidé M. Pona.

 

En effet, suivant les explications du Secrétaire général du ministère des Mines, Lamine Dembélé, c’est bien dans le domaine des mines que le Mali a réalisé ses meilleures performances économiques au cours de ces vingt dernières années. Et c’est aussi le secteur des mines qui a attiré le plus gros des investissements privés au Mali. «Notre politique d’incitation à l’investissement et à la diversification du secteur minier va se poursuivre, en rapport avec les très bonnes perspectives du secteur des ressources minières du Mali, même si aujourd’hui où, comme vous le savez, certains s’emploient à étendre sur notre pays une chape de plomb cyniquement appelée terrorisme», a noté M. Dembélé.

 

«Nous comptons beaucoup sur cette rencontre de Bamako pour procéder à un examen des régimes miniers africains actuels, pour formuler des recommandations pertinentes et proposer des actions vigoureuses en faveur d’une exploitation minière profitable à l’Afrique», a-t-il conclu.

 

Gabriel TIENOU


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here