Tabankort : Le dépôt de munitions de GATIA « pillé » par la force Barkhane

De sources proches de la Plateforme, on indique que cette opération de Barkhane n’a qu’un seul but : affaiblir militairement le Gatia au profit du HCUA. Si l’on sait qu’un conflit communautaire oppose, depuis quelques mois, des combattants du GATIA et du HCUA, pour le contrôle de Kidal. Saisir les moyens de défense d’un groupe pendant cette période, c’est tout simplement l’offrir sur un plateau d’argent à son ennemi. « Ce que vient de faire la force Barkhane, n’est pas qu’une provocation, c’est un acte de sabotage », a expliqué un responsable proche de la Plateforme.

En effet, le 17 Août dernier, une mission de la force Barkhane s’est rendue à Tabankort où elle a demandé aux combattants de la Plateforme de la laisser voir leur dépôt de munitions. Le chef d’état major de la Plateforme, Ankaye Albou, s’est tout de suite exécuté car pour lui, il n’y a aucun inconvénient à montrer ses réserves de munitions à une force censée être neutre et dont la mission principale est de lutter contre des terroristes. Mais contre toute attente, les forces françaises saisissent les armes de la Plateforme et l’embarquent dans des véhicules pour une destination inconnue. Auparavant, les chefs militaires du mouvement ont tenté de trouver une explication à l’enlèvement de leurs munitions. Pour toute réponse, les militaires ont affirmé avoir informé leur hiérarchie à N’Djamena (Tchad).

Sauf que, cette attitude de la force Barkhane a suscité beaucoup d’interrogations et d’étonnements dans les rangs de la Plateforme, mais aussi au sein de la population. Que veut la force Barkhane ? Qui l’a mandaté à désarmer les combattants de la Plateforme ? Que va-t-elle faire des munitions saisies ? L’armée malienne a-t-elle été associée ou a-t-elle été informée de cette opération française à Tabankort ? Ce sont, entre autres, des questions que se sont posées les membres de la plateforme après le départ des français. Ces questions seront certainement posées à la prochaine réunion du comité technique de sécurité (CTS), qui a été reportée ultérieurement, en raison de la guerre de Kidal entre le GATIA et le HCUA. Mais la vérité est là, palpable. La France joue contre le Mali.

Idrissa Maïga

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here