TICAD VI au Kenya : Le président de la République attendu à Nairobi aujourd’hui

Ibrahim Boubacar Keita prendra part aux travaux de la rencontre entre l’Afrique et le Japon qui commence demain. Le rendez-vous afro-nippon se tient pour la première fois en terre africaine.

Le Japon et l’Afrique ont rendez-vous à Nairobi, la capitale kényane, du 27 au 28 août. Pour la première fois, un pays africain abrite la TICAD (acronyme anglais de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique) qui en est à sa 6è édition. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, ne pouvait pas manquer ce rendez-vous avec le Japon, un partenaire de poids de notre pays. L’Empire du soleil levant apporte beaucoup au Mali en termes d’appuis dans le domaine de la sécurité alimentaire et de financements de programmes de développement.
Après le coup d’État militaire de mars 2012, le Japon a suspendu son aide bilatérale à notre pays, à l’instar de nombreux partenaires étrangers. Mais la coopération japonaise a repris après l’élection présidentielle d’août et les législatives de décembre 2013.

De 2013 à 2015, le montant total de l’aide de Tokyo en faveur de Bamako s’élève à environ 32 milliards de Fcfa (voir interview ci-contre). A cela s’ajoute un montant de 4,3 milliards Fcfa accordés à travers les organisations internationales dans le cadre du budget supplémentaire de l’année fiscale 2015.

Le dernier acte de l’aide nipponne a bénéficié à la protection civile. En mars dernier, Tokyo mettait à disposition un nouveau financement de 1,7 milliard Fcfa destiné à l’achat de camion grues, de véhicules de premier secours, d’ambulances médicalisées, de camions de lutte contre les incendies.

L’assistance continue et accrue du Japon aux efforts du Mali dans le domaine de la sécurité est conforme à l’engagement pris par le Premier ministre japonais Shinzo Abe en 2013 à Yokohama, lors de la TICAD V d’octroyer sur cinq ans, un montant d’un milliard de dollars soit environ 500 milliards Fcfa pour stabiliser et assurer le développement du Mali et de la région du Sahel d’une part, et renforcer nos capacités en matière de sécurité et lutte contre le terrorisme, d’autre part.

La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique est une initiative lancée en 1993 par le gouvernement du Japon, avec la participation du bureau du conseiller spécial pour l’Afrique de l’Organisation des Nations unies, du PNUD et, depuis 2000, de la Banque mondiale, pour promouvoir un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires dans le domaine du développement.

La TICAD V s’est tenue à Yokohama en 2013. C’était le plus grand sommet jamais tenu au Japon, avec plus de 4500 participants, 51 pays africains présents dont 39 chefs d’Etats et de gouvernement, 31 pays partenaires en incluant les États asiatiques, 71 organisations internationales, des entreprises du secteur privé, des ONG…

La session de Nairobi promet, à son tour, une mobilisation exceptionnelle. Pour l’occasion, la ville des fleurs s’est fait une beauté. L’aéroport international Jomo Kenyatta est plein comme un œuf. Les délégations étrangères débarquent à un rythme soutenu.

Le president Keita, lui, est attendu dans la capitale kényane cet après-midi. Plusieurs membres du gouvernement – dont le patron de notre diplomatie Abdoulaye Diop – et des membres de son cabinet composent notamment la délégation malienne.

Dans la capitale kenyane, l’agenda présidentiel est bien chargé. En marge du sommet, d’intenses activités bilatérales sont prévues au cours du week-end. Le président de la République a rendez-vous avec de nombreux chefs d’État et responsables d’organisations internationales. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon prend part au grand rendez-vous de Nairobi.
La TICAD est une occasion de renforcement des relations économiques entre l’Afrique et le Japon. Le Japon, 3è puissance économique mondiale derrière les États-Unis et la Chine, entend profiter du potentiel de développement de l’Afrique, reconnu par tous les observateurs comme étant un continent d’avenir. Voilà pourquoi les grandes puissances se bousculent pour nouer des relations économiques avec le continent noir.

D’importantes annonces et autant de bonnes nouvelles pour l’Afrique et le Japon sont attendues à l’issue de cette rencontre qui s’ouvre demain pour s’achever dimanche.

Envoyés spéciaux
A. M. CISSE
H. KOUYATE


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here