Autorités intérimaires, une mise en place impossible

A la surprise générale des observateurs les plus avertis de la crise malienne, les maliens ont assisté, médusés, à la signature d’un document relatif à la mise en place d’autorités intérimaires. Ces autorités intérimaires de part leur nom devraient être installées particulièrement dans la région de kidal pour absence de l’Etat et dysfonctionnement des conseils communaux. Mais c’était sans compter avec le cynisme de gens tapis dans l’administration malienne et qui visent d’autres objectifs.

En effet, contre toute logique, les régions de Gao et Tombouctou sont vite désignées pour accepter l’installation des bourreaux d’hier à la tête de leurs conseils communaux. La réaction des braves jeunes de la ville de GAO n’a pas tardé avec le bilan malheureusement en vies humaines qu’on sait, suite à la tuerie d’une police prête à détaler devant un petit rebelle mais prompt à tirer sur des manifestants pacifiques. Aussi, dès sa publication, ce décret n a-t-il pas suscité un tollé général au sein de toutes les couches de la société malienne (Elus, opposition, société civile) et a fait l’objet de dénonciation vigoureuse. L’Association GAO BOREY LAMA a tenu récemment une conférence de presse pour rejeter catégoriquement la mise en place partielle et subjective de l’Accord dit de la Paix et de la Réconciliation au Mali et particulièrement l’installation de ces autorités « criminelles ».

Ainsi, il n’est pas surprenant d’assister à l’impossibilité de la mise en place de ces autorités dites intérimaires mais qui sont en réalité criminelles, car, elles ne sont pas entrain d’être installées là où, elles devraient l’être.

B. COULIBALY

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here