Taekwondo, championnat du monde junior : Seuls les meilleurs iront au Canada

Le Championnat du monde junior se déroulera à Burnaby au Canada, du 16 au 20 novembre prochain. Plus de 800 athlètes (filles et garçons) issus d’une centaine de pays, dont le Mali, participeront à la compétition. En prélude à ce grand rendez-vous, la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) a organisé, samedi dernier au centre Moon Kwang, sa 4è compétition de sélection en équipe nationale. L’événement était présidé par le Directeur technique national (DTN) de la FEMAT, Maître Alioune Badara Traoré, ceinture noire 7è dan.
Dans son allocution d’ouverture, le DTN expliquera que cette compétition junior va permettre aux coaches de jauger le niveau technique des athlètes d’une part et d’autre part, aider la FEMAT dans la mise en place d’une sélection nationale junior capable de défendre le drapeau national au Canada. «La Fédération malienne de taekwondo est toujours en phase de sélection, cette compétition est un tournoi intermédiaire qui permet aux coaches et aux différents maîtres des salles d’évaluer leurs compétiteurs. Cette compétition fait partie des 7 compétions que la fédération organise chaque année pour la catégorie junior. C’est sur la base de ces différentes compétitions, que la FEMAT fait généralement la sélection de l’équipe nationale», précisera Maître Alioune Badara Traoré. «Pour bien préparer la relève, la fédération choisit toujours les meilleurs pour l’équipe A et les deuxièmes pour la sélection B».
Plus de 50 athlètes, dont 40 garçons et 10 filles issus des différents dojos de la ligue du District ,ont pris part à cette 4è compétition. Parmi les compétiteurs, figuraient les éléments de l’équipe nationale junior qui ont participé à Panamai open du Bénin où les athlètes se sont classés premiers avec 19 médailles dont 8 en or, 6 en argent et 5 en bronze. Pour le DTN, la participation des athlètes déjà sélectionnés à l’équipe nationale à cette 4è compétition est très importante.
«L’équipe qui a participé à Panamai open du Bénin est présente ici, tout simplement parce que la présence en équipe nationale ne suffit pas pour être sélectionné pour les échéances internationales. Il faut toujours se battre pour avoir sa place en équipe nationale», martèlera Alioune Badara Traoré. «Ces compétitions de sélection permettent au coach de déceler les lacunes et de les corriger. Pour les athlètes, elles permettent une remise en cause et les obligent à se battre pour garder leur place en équipe nationale », conclura le DTN de la FEMAT. C’est dire que d’autres compétitions de sélection seront organisées avant l’élaboration de la liste définitive des combattants appelés à défendre les couleurs du Mali au Canada.
B. THIERO

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here