Association des élèves et étudiants du Mali-AEEM : Violence à l’I.UG

Décidément cette prestigieuse école fera toujours parler d’elle. Après la longue grève des enseignants, c’est le comité AEEM de cet établissement qui s’est distingué dernièrement lors du renouvellement de son bureau, le dernier Secrétaire général ayant terminé ses études. Il serait plus juste de dire que l’ancien S.G a fait valoir ses droits à la retraite, car l’AEEM est une affaire juteuse entretenue par les autorités elles-mêmes, qui ont plus de ‘’respect’’ pour ses dirigeants que pour les enseignants. Quand le père a peur du fils,, c’est la porte ouverte à tous les dérapages. Mais revenons à notre mouton, et mouton ce n’est pas très loin de couteau. Ou plutôt de machette, car c’est bien une machette qui a failli tuer un étudiant lors de ce renouvellement de bureau. Heureusement le jeune étudiant s’en est sorti avec un bras grièvement blessé, entaillé dont les soins nécessitaient quelque 300.000 F dans un premier temps. Une fois n’est pas coutume, le rectorat se serait engagé à prendre en charge les frais. Avec l’AEEM, on peut se permettre toutes les largesses. Pourtant il y a quelques mois de cela, lors d’une première tentative de renouvellement du bureau, des militants avaient cassé les vitres des bureaux de l’Administration (vitres non encore remplacées) et emporter deux motos Djakarta appartenant au personnel. A ce jour, les propriétaires de ces deux engins ne savent même pas s’ils vont être remboursés ou non. Par ailleurs, selon nos informations, malgré l’accord obtenu qui a mis un terme à la grève de quatre mois des enseignants, les sous réclamés par ceux-ci n’ont pas été payés par le recteur Samba Diallo. Il s’en moque visiblement, jouissant qu’il est, d’une parapluie dorée offerte par Koulouba : « je prends mes instructions à Koulouba » se venterait-il lors de la crise avec les enseignants, parfois pour narguer le ministre Tall qui a finalement préféré partir plutôt que de subir l’incompétence et les humiliations d’un subordonné imbu ironiquement de sa personne. Tall parti, c’est le ministre Mme Founé Samaké qui aura fort à faire avec un recteur qui ‘’prend ses instructions à Koulouba’’. Et qui, peut-être, pense que c’est lui qui aurait dû occuper son fauteuil.

Les policiers indifférents

L’étudiant a été blessé pendant que les policiers étaient sur les lieux. Selon nos informations, ils avaient seulement comme consigne de sécuriser le ‘’Kidal’’ local, c’est-à-dire les locaux de l’Administration. Sur le reste du territoire, le No man’s Land, on pouvait faire ce qu’on voulait. L’AEEM est un enjeu très important à l’I.U.G où les deux parkings à eux seuls font quelque 1,5 millions par mois, sans compter les kiosques et autres installations gérées par l’AEEM. En somme, c’est l’Etat même qui encourage la violence. Les responsables de l’AEEM sont prêts à tout pour être dans le bureau et se maintenir. C’est ainsi que, alors même qu’il termine, celui qui se fait appeler, ‘’Général Youssounha est parvenu à se faire nommer S.G. Il a visiblement de beaux jours devant lui.

La Rédaction

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here