Crise au sein de la filière pain à Bamako: Les revendeurs excluent de la chaine de distribution

Le syndicat des Revendeurs de pains a organisé, hier jeudi 1er aout 2016 à la bourse du travail, un meeting suivi d’une conférence de presse pour expliquer et protester contre le syndicat des boulangers pour avoir pris unilatéralement la décision d’arrêter la livraison de pains sans les informer.

Plus de 200 revendeurs de pain de Bamako et de Kati ont pris d’assaut la bourse de travail du Mali. Il s’agissait de rassurer l’opinion nationale que les revendeurs ne sont pas en grève contrairement aux rumeurs qui ont circulé depuis quelques jours. Ils estiment que les boulangers ont volontairement cassé le contrat entre eux et les revendeurs, un contrat qui octroie 50 FCFA de marge bénéficiaire sur chaque baguette de pain. Selon le secrétaire général Ousmane Hama Touré cet acte ne contribue pas à ratifier les liens de partenariat et de collaboration. Il a indiqué que les boulangers ont décidé de vendre le pain à partir des points de ventes crées au niveau des boulangeries. Pour le secrétaire général du syndicat des revendeurs, il s’agit d’un conflit d’intérêt entre revendeurs et leurs patrons boulangers.

En rappelant le rôle des revendeurs dans la distribution de pain aux populations, il a indiqué que les revendeurs constituent un maillon de la chaine de distribution pour soulager la population. Il a rappelé également que les revendeurs fournissent trop d’effort pour ce travail sans repos et estime qu’ils ont droit de vivre dignement et méritent respect « Nous avons bannis le vol, la délinquance et tout autre chose pour vivre à la sueur de notre front » a dit M. Touré. Selon lui, les revendeurs ont été présents aux moments les plus difficiles dans le pays pour alléger la souffrance des populations. Il a évoqué le rôle que les revendeurs ont joué en 2012 lors de l’occupation des 3 régions du nord et a pris comme témoin le colonel Diarran Koné, chargé de communication au ministère de la Défense.

Aussi, il a rappelé que dans la consolidation de la paix, les revendeurs ont organisé sous la présidence du ministre de la justice de l’époque, Mohamed Aly Batilly et son homologue de la réconciliation, Zahabi, un concert pour appuyer au nom de la réconciliation ce département à hauteur de 4 millions de FCFA. « Nous ne sommes pas des bons à rien » a dit le secrétaire général. Il a déploré l’attitude des Boulangers qui veulent réduire cette marge bénéficiaire des revendeurs de 50 FCFA seulement et s’arroger le rôle de distributeur. Selon lui, cette situation est de nature à détruire la chaine de distribution, chose qui va forcement pénaliser la population. Il dira que si les calculs sont faits, les revendeurs ne gagnent que 25 FCFA en tenant compte du prix de l’essence et l’entretien de la moto.

Pour lui, les arguments avancés par les boulangers ne tiennent pas. Selon le secrétaire, s’il s’agit d’une bonne distribution de la paix, c’est aux boulangers d’exiger au revendeur des bonnes conditions de travail (faire des visites avant le recrutement, exiger un bilan de santé du revendeur, protection du pain lors du transport). Le secrétaire général des revendeurs a indiqué que les plus hautes autorités ont été saisies pour trouver un terrain d’entente. Il s’agit du premier ministre, du président de l’assemblée Nationale, du ministre du commerce, du syndicat nationale de l’alimentation et du tourisme et de l’hôtellerie(UNTM), du syndicat des commerçants détaillants (SYNACODEM), des Groupements des Commerçants détaillants, des syndicats des consommateurs (REDECOMA).

Fakara Faïnké

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here