CAN 2017, Mali-Bénin 5-2 : Des aigles de gala

La sélection nationale s’est régalée et a régalé les supporters en explosant les Ecureuils 5-2, dimanche au stade du 26 Mars pour le compte de la dernière journée des éliminatoires de la CAN, Gabon 2017

Le Mali a terminé en beauté les éliminatoires de la CAN, Gabon 2017. Dimanche, les Aigles ont réalisé un véritable festival offensif face au Bénin, battu sur le score sans appel de 5-2, au compte de la 6è et dernière journée des éliminatoires. La rencontre était pourtant sans enjeu pour les hommes d’Alain Giresse qui étaient déjà qualifiés pour la phase finale. Par contre, le Bénin devait gagner ou obtenir un match nul pour se qualifier en tant que meilleur deuxième.

Malheureusement pour les Ecureuils, ils ont lourdement chuté au stade du 26 Mars et ne seront pas présents à la grande messe du football continental en janvier-février au Gabon. Avec une formation remaniée, les Aigles ont bien débuté la partie et sont parvenus à ouvrir le score peu après le quart d’heure. Suite à un corner tiré par Adama Traoré et remisé par le défenseur central, Mohamed Oumar Konaté, l’ailier droit, Sambou Yattabaré marque de près de la tête (1-0, 18è min). Dans la foulée, Abdoualye Diaby voit sa tentative raser le poteau de Fabien Farnolle (20è min). Ce ne sera que partie remise pour l’attaquant des Aigles car quelques minutes plus tard, le même Abdoulaye Diaby profite d’une grosse faute de main du gardien béninois pour pousser la balle au fond des filets (35è min).

Menés 2-0, les Béninois perdent leur repère sur le terrain. Peu avant la mi-temps, Moussa Maréga enfonce le clou, sur un service en or de Sambou Yattabaré (3-0, 39è min). On aurait pu aller à la mi-temps avec cette confortable avance, mais les visiteurs réduisent le score suite à un petit relâchement des Aigles (but de Gounongbe Fréderic lancé dans le dos de la défense malienne par Mounie Steve, 3-1, 40è min). Au retour des vestiaires, Adama Traoré (4-1, 65è min) et Moussa Doumbia (5-1, 80è min) corsent l’addition pour les Aigles dans un stade du 26 Mars en délire. Le coup splendide du maître à jouer des Ecureuils, Stéphane Sessègnon dans les arrêts de jeu ne changera rien dans une partie maîtrisée de bout en bout par le capitaine Yacouba Sylla et ses co-équipiers (5-2, 90è min +1).

La fête a été totale, dimanche au stade du 26 Mars et les supporters se souviendront longtemps de cette dernière journée des éliminatoires de la CAN, Gabon 2017.

Dans le camp béninois, la déception était sur tous les visages au coup de sifflet final de l’arbitre égyptien, Ghead Zaglol Drisha. Avec 11 points, les Ecureuils espéraient obtenir au moins le match nul à Bamako et prétendre à une place parmi les meilleurs deuxièmes. C’était sans compter avec les Aigles qui voulaient terminer les éliminatoires en beauté et qui n’ont fait qu’une bouchée de leurs adversaires. Les deux meilleures deuxièmes places sont finalement revenues au Togo, qui a cartonné Djibouti (5-0) et à l’Ouganda qui a assuré le service minimum devant les Comores (1-0). Grâce à leur succès contre les Ecureuils, les Aigles terminent premiers de la poule C avec 16 points, loin devant le Bénin (11 unités).

«On était qualifié, mais on voulait bien finir à la maison. C’est chose faite et on a mis la manière avec une équipe remaniée avec des jeunes joueurs qui ont su répondre présents. Je suis satisfait de la victoire et de la manière avec laquelle les joueurs ont joué», a confié le sélectionneur national, Alain Giresse. «C’est très encourageant. On a engrangé 16 points sur 18 possibles, je crois que le parcours a été bien mené. On est monté en puissance», ajoutera le technicien français avant de se projeter vers la phase finale de la CAN et les éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018.

«On peut toujours penser à remporter la CAN. Quand on va à une compétition, c’est toujours pour faire la meilleure performance. Après, il y a des éléments qui entrent en ligne de compte. On va bien se préparer, le côté délicat, c’est qu’on est intercalé avec deux matches de Coupe du monde qui vont se répercuter sur la préparation de la CAN. Il faut oublier la CAN et se concentrer sur la Coupe du monde», insistera Alain Giresse qui n’a pas manqué de rendre hommage à la vague jeune de l’équipe pour sa prestation. «Le malheur ou l’absence des uns fait le bonheur des autres. Les joueurs peuvent être confrontés à la concurrence. Les jeunes ont démontré avec rage ce qu’ils peuvent faire. Ils ont joué à fond leurs chances et montré des qualités. J’espère une grande aventure pour eux à l’équipe nationale. Il faut continuer à les accompagner pour qu’ils puissent progresser et nous donner encore plus de satisfactions», complètera l’ancien international français.

«On est passé complètement à côté du match. Les joueurs ont commis beaucoup d’erreurs et à ce niveau ça ne pardonne pas», avouera le sélectionneur béninois, Omar Tchomogo. «Il y a eu un flottement à certains moments. Ils (les Aigles, ndlr) ont été meilleurs, il faut le reconnaître. Je ne peux que souhaiter bonne chance à l’équipe du Mali pour la suite des événements. Ce n’était pas facile pour les joueurs, ils ont essayé de faire le maximum. Ce n’était pas facile. Ils avaient en face une bonne équipe. Ils étaient venus pour se qualifier mais malheureusement, le Mali était plus fort», renchérira le technicien.

Le capitaine des Ecureuils, Stéphane Sessègnon ne dira pas autre chose. «On est tombé sur une bonne équipe malienne qui a su gérer son match, c’est difficile de prendre 3 buts en 15 minutes. Je suis passé à côté de mon match. Je le reconnais et j’assume ce qui s’est passé», dira le maître à jouer du Bénin. Désormais, on connaît donc la liste des 16 pays qualifiés pour la phase finale de la CAN. Il s’agit du Gabon, hôte du tournoi, du Mali, de l’Algérie, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de l’Egypte, du Ghana, de la Guinée Bissau, du Maroc, de l’Ouganda, de la RD Congo, du Sénégal, du Togo, de la Tunisie et du Zimbabwe.

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here