Perspectives 2018 : IBK doit vite résoudre le problème de Kidal !

Le président Ibrahim Boubacar Kéita, élu à la tête du pays en 2013, vient de boucler ses trois ans de mandat. Une occasion pour les Maliens de dresser un bilan de l’homme en qui ils ont placé leur confiance pour « redresser » le Mali. A-t-il échoué dans sa mission ? Mérite-t-il toujours qu’on lui fasse confiance ?

Ibrahim Boubacar Kéita surnommé « IBK » a été élu président de la République du Mali en 2013 avec 77,6 % des suffrages devant son adversaire Soumaïla Cissé qui, lui, n’a obtenu que 22,3%. Une victoire qu’il doit principalement aux Maliens qui, dans leur majorité, tout bord confondu, ont voté pour son projet de société. Durant la campagne pour la présidentielle, « IBK » avait affirmé que son objectif prioritaire, une fois élu président, était la réconciliation d’un Mali profondément divisé. « Je ramènerai la paix et la sécurité. Je renouerai le dialogue entre tous les fils de notre nation. ».

La crise qui a débuté en janvier 2012, par une offensive de rebelles touareg dans le nord du pays, suivie en mars 2012 par un coup d’Etat qui a renversé le Président Amadou Toumani Touré, a mis à jour une autre crise : la mal gouvernance dans laquelle le Mali vit depuis l’avènement de la démocratie en 1992. Si la majorité des Maliens s’est tournée vers « IBK » lors des élections présidentielles de 2013, c’est parce qu’il est vu comme « l’homme de la situation actuelle » du pays.

Ancien Premier ministre de 1994 à 2000 sous l’ère Alpha Oumar Konaré, il a géré, avec fermeté et grande responsabilité, la crise scolaire et les grèves qui paralysaient le pays, sauva ainsi, le mandat d’Alpha Oumar Konaré, candidat de l’ADEMA PASJ. Comme chef de gouvernement, IBK s’est construit une image de fermeté dont se sont, certainement, souvenus les Maliens au moment de choisir leur bulletin de vote dans l’isoloir.

Le Mali mis à nu

La crise qui a débuté en 2012 et qui se poursuit encore, a mis à nu le Mali, humilié et déshonoré par des groupes rebelles appuyés par des djihadistes et autres criminels. Pour le Président IBK, il faut vite rétablir l’honneur et la dignité des Maliens. Pour ce faire, il faut réformer l’armée et construire un autre type de Malien aux valeurs plus sures. Car, plus de vingt ans de pratiques démocratiques, ont fait perdre au Malien sa vraie identité, celle basée sur des valeurs d’éthiques et morales et à quoi on faisait référence lorsqu’on évoquait le Mali avec le président Modibo Kéita. Le Malien qui est né avec l’avènement de 1991-1992, est un Malien voleur, corrompu, malhonnête, prêt à vendre son pays pour quelques billets de FCFA, et qui a perdu son patriotisme légendaire référence faite aux grands combattants de l’histoire du pays dont les uns et les autres aiment évoquer le nom lors des grands meetings ou dans les chansons dédiées à leur mémoire.

En trois ans, peut-on rétablir toutes ces valeurs ? IBK a beau mettre en avance sa bonne foi, il ne peut venir à bout des mauvaises pratiques dont le Malien s’est accommodé pour son confort personnel. Il faudrait, au moins, trois générations après, pour voir un Malien de type nouveau, orienté vers des valeurs plus sures.

Cela étant, la crise que nous traversons actuellement, est le fruit de nos mauvais comportements individuels et collectifs. Un pays dont les fils et filles, sont incapables de s’unir face à un problème qui menace même l’existence de la nation, est un pays voué à l’échec. Si le Mali est une grande nation, il l’a, certainement, été par le passé. Aujourd’hui, cette terre de riche civilisation, est en ruine et doit chercher de nouveaux héros.

L’espoir est permis, à condition….

Le président Kéita est très nostalgique de l’histoire ancienne du Mali. Est-il déconnecté de la réalité du pays ? Son rêve, est nul doute, reconstruire le Mali et les Maliens, sur leurs valeurs fondamentales. Mais, le ver est déjà dans le fruit. On a l’habitude d’entendre dans les causeries de « grin », dire que le plus grand tort du capitaine Sanogo et sa bande de putschistes, est de n’avoir pas « éliminer physiquement cette vielle classe politique alors qu’ils en avaient l’occasion ». Aussi sordide et morbide que cela puisse être, on ne doit ignorer la portée d’une telle pensée. Cela traduit le dégoût que pourraient avoir des Maliens des hommes politiques accusés, à tort ou à raison, d’être en partie responsables de ce qui arrive au Mali aujourd’hui.

Le président IBK a beau changer les hommes dans l’exécutif, les résultats restent toujours en deçà des attentes populaires. Cela traduit, en réalité, les carences des cadres de ce pays. Il est désormais, très difficile de trouver le cadre valable, honnête et dévoué à la cause de la nation. Le casting devient d’autant plus difficile qu’il faut toujours compter avec les partis politiques dans lesquels, les valeurs sures sont de plus en plus rares si elles n’existent même plus.

Le président IBK doit apprendre à compter sur la jeunesse non encore corrompue et qui a besoin de s’affirmer au lieu de composer avec les « vieux cadres » seulement motivés par une retraite bien dorée. Et si les espoirs ont été déçus, c’est en partie à cause du choix des hommes. Au lendemain de sa large victoire, les Maliens ou du moins, beaucoup, ne s’attendaient pas à voir dans les rangs des ministres, des têtes déjà connues. Peut-on faire du nouveau avec de l’ancien ? La question reste posée. IBK qui continue à faire confiance à l’expérience des « anciens », pourra difficilement convaincre les électeurs que sa politique de « changement », se fait aussi efficacement avec les « vieux briscards ».

Kidal ou tous les dangers pour IBK

Inutile de dresser dans cet article le bilan de la gestion IBK durant ces trois dernières années. Chacun a sa propre opinion là-dessus. On notera toutefois que des choses ont été réalisées même si le chemin à parcourir demeure long et périlleux.

Mais, nous restons convaincus que la réélection d’IBK pour un second mandat, dépendra essentiellement de la manière qu’il va gérer le « problème Kidal ». Pas le problème du nord dans sa globalité, mais, seulement, le « problème Kidal ». Car, Kidal, à lui seul, résume toutes les frustrations des Maliens par rapport à cette crise.

Nous sommes de ceux qui pensent et croient que si Kidal n’est pas libérée d’ici les présidentielles de 2018, inutile pour IBK de se présenter candidat. Pour libérer Kidal, IBK doit mettre de côté l’accord pour la paix et la réconciliation et résoudre militairement la question. Le peut-il ? Oui, si on se réfère à la force dont dispose le groupe GATIA qui, s’il a ou avait eu les mains libres, Kidal serait déjà libérée des mains de ceux qui prennent la ville et ses habitants en otages sous les yeux d’une certaine « communauté internationale » passive et très complice. La question est : pourquoi Kidal reste-t-il encore sous protection de la France et hors de portée de l’autorité malienne ? L’énigme de la question, reste liée à la perspective politique visée par la France et ses alliés au Mali.

Tièmoko Traoré

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here