Trafic de drogue: 435g de cocaïne d’une valeur de 13 millions de FCFA saisis à Mopti

Le 23 aout dernier, les éléments de l’antenne de l’Office Central des Stupéfiants de Mopti ont saisi 435 g de cocaïne coupée avec de l'éphédrine. Une prise d’une valeur de 13 millions de francs. Les trafiquants, trois maliens, ont été aussi arrêtés et mis à la disposition du Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Mopti. Le démantèlement de ce réseau de trafic de drogue entre Bamako, Ségou et Kidal conforte les analystes qui font du trafic de drogue l’un des obstacles majeurs au retour de la paix au Mali.

Les agents de l’Office Central des Stupéfiants de Mopti viennent de frapper un grand coup en mettant hors d’état de nuire trois trafiquants de cocaïne. « Les éléments de l'antenne de l'Office Central des Stupéfiants de Mopti ont procédé le mardi 23 Aout 2016 à la saisie de 435 g de cocaïne coupée avec de l'éphédrine d'une valeur de 13 millions de francs et l'arrestation de trois personnes de nationalité malienne, apprend- t -on dans un communiqué de l’Office Central des Stupéfiants qui ajoute : « C'est suite aux informations concordantes faisant état de l'existence d'un réseau de trafic de cocaïne entre Bamako, Ségou et Kidal que les éléments de l'antenne de l’OCS de Mopti ont mis en place un dispositif de surveillance dudit réseau ».

Ainsi, après une longue observation, selon l’OCS, la collecte des renseignements a permis d’identifier le réseau, de localiser ces membres et de bien comprendre son mode opératoire. « L’opération a permis d'interpeller le propriétaire du produit, un jeune homme âgé de 28 ans et deux de ses complices résidant tous à Ségou. La substance blanchâtre saisie qui était emballée dans trois sachets blancs, a réagi positivement aux tests à la cocaïne et à l'éphédrine. Le résultat des analyses atteste que la cocaïne a été « coupée »avec de l'éphédrine », lit-on dans le communiqué de l’Office Central des Stupéfiants.

Cette saisie semble conforter, encore une fois, dans leur appréciation ceux qui considèrent que le Mali est devenu, depuis bien avant l’éclatement de la crise de 2012, la plaque tournante des narcotrafiquants. L’on se rappelle de l’affaire « air cocaïne », une affaire qui n’a pas encore fini de livrer tout ses secrets. Le Boeing 727- 200 transportant une dizaine de tonnes de cocaïne a atterri en plein désert en novembre 2009, dans la région de Gao et déchargé de sa marchandise. Selon des observateurs, la crise au Mali est alimentée par le trafic de drogue.

M.K. Diakité

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here