Graine de vérité : Les lignes bougent à Koulouba !

91

Sans grand tapage, les dernières actions de la première institution de la République, la Présidence, ont donné satisfaction à plus d’un.
Il faut le dire, on s’offusquait devant le rideau de fer que certains avaient réussi à dresser autour du président de la République. De l’opposition comme de la majorité, tout le monde s’accordait sur le fait que le Président IBK était inaccessible. Les Maliens d’en-bas se contentaient de ses sorties occasionnelles, télévisuelles lors des grandes cérémonies et ceux d’en haut, sur les salamalecs de départ et de retour de voyage.

La rupture de rapprochement, comparativement à son prédécesseur (ATT) laissait libre court à tous les commentaires. Cela, à tel enseigne qu’une grande partie de sa popularité fut grignotée par ses adversaires. Et souvent même ses collaborateurs. C’est le cas du sondage publié qui donnait son ancien Premier ministre Moussa Mara plus populaire que lui. Bref, des observateurs s’indignaient devant le grand fossé qui séparait les Maliens de leur Président. En un moment, l’on avait réussi à rétrécir un peu ce fossé, à travers les visites successives du Chef de l’Etat dans les régions de Sikasso et de Ségou, mais celles annoncées pour Kayes et Koulikoro tardent à se concrétiser. D’autre part, les médias locaux se sentaient frustrés par la présence par trop régulière du ‘’Mandé Massa’’ sur la presse internationale au détriment de celle du pays, et l’opposition qui se plaignait d’être exclue du jeu, malgré son nouveau statut promulgué par le pouvoir actuel.

En clair, partout des récriminations sur l’inaccessibilité du président de la République. Au regard des dernières actions de la première institution de la République, l’on peut dire que le président IBK a compris les uns et les autres. De ces actions salutaires, l’on peut citer le limogeage avec promptitude de son ministre de la Défense, le 3 septembre, pour assurément, faute grave dans le management des forces armées et de sécurité

Une autre action largement appréciée positivement par les Maliens est sans doute ‘’La grande interview’’ accordée par le président de la République en français puis en bambara. C’était à l’occasion de l’anniversaire de ses trois ans au pouvoir. Une sortie médiatique, bien cadrée, assez fouillée et pleine d’enseignements. Elle a permis à de nombreux compatriotes de saisir la portée du chemin parcouru, mais aussi de retrouver l’homme qu’ils ont crédité d’un score record de plus de 77 %.

Ce n’est pas tout, ceux qui murmuraient qu’il est temps que le « chef » quitte les lumières des projecteurs de Koulouba pour sentir le ressenti de ses gouvernés ont été bien servis car dans la mouvance de la fête de tabaski, le président IBK est descendu du palais pour aller se mettre à l’écoute des notabilités de Bamako, jusque dans leurs vestibules familiales. Les langages de vérité tenues lors de ces périples par les Niaré, Touré et Dravé devraient suffire pour tracer des sillons à ensemencer par le Mandé Massa.

Enfin, le président a ouvert le grand salon ‘’Mali’’ à tous ses protagonistes : le chef de file de l’opposition, des chefs des partis de la majorité, le mouvement ‘’Ankaben’’, les chefs d’autres partis activistes dont Soumana Sacko du CNAS et Oumar Mariko de la SADI, ainsi que les responsables des différentes centrales syndicales.

En somme, il faut reconnaître qu’en l’espace de deux semaines d’activités présidentielles les lignes ont bougé du coté de Koulouba. Comme premier résultat probant de cette démarche on peut parler de la tenue prochaine des assises de dialogue politique sur le plan nation

La première institution joue les premiers rôles, il reste aux acteurs d’occuper le terrain. Le Mali cherche sa victoire.

Moustapha Diawara

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here