Faire du Mali un pays émergent : Le président IBK va lentement mais sûrement

L’accession de son excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA à la magistrature Suprême du Mali, a suscité des tonnes et des tonnes d’espoirs. Cependant, le principe chez IBK demeure qu’il ne s’agit pas de se hâter sur tout, quand on veut bien faire.

Elu Président de la République pour un mandant de cinq ans renouvelables, une bonne partie de l’opinion publique nationale a choisi d’aller vite en besogne en voulant, à partir de trois années d’exercice du pouvoir, dresser vaille que vaille un bilan.

Une évaluation à mi-parcours présage des lendemains meilleurs pour le peuple malien, qui en installant confortablement IBK dans le fauteuil présidentiel, a posé un acte d’une grandeur à nulle autre pareille. L’homme qui, aujourd’hui préside aux destinées de notre cher Mali, a déployé des efforts titanesques pour impulser du sang neuf à beaucoup de secteurs de développement.

L’actuel locataire de Koulouba qui, en 2013, a hérité du train Mali en plein déraillement, n’a ménagé ni son temps, ni son énergie pour le mettre sur les rails même si les wagons mettent du temps à suivre la locomotive.

Il faut donner du temps au temps pour apprécier à sa juste valeur le travail de longue haleine entamé par le Président de la République en vue de tirer le Mali du gouffre dans lequel il est tombé depuis belle lurette.

Le redressement d’un pays ne se fait pas à l’aide d’une baguette magique. Il faut l’implication de toutes les forces vives de la nation.

L’évaluation à mi-parcours du premier mandat présidentiel démontre à suffisance la volonté affichée de la première institution du Mali à atteindre tous les objectifs fixés, peut être lentement mais sûrement.

Ne dit-on pas qu’une bonne nuit se sait dès le crépuscule ?

Nombreux sont les observateurs maliens et étrangers qui reconnaissent avec dignité que de nombreuses réalisations ont été faites au cours des trois années sous le régime d’IBK. Pour preuve, l’Agriculture qui se positionne aujourd’hui comme le véritable moteur du développement du Mali, a fait un bond spectaculaire grâce à l’engagement et à la détermination des plus hautes autorités. Les investissements qui y ont été consacrés sont énormes et visibles.

Le domaine de l’Equipement et des Transports qui a été au centre des préoccupations du Président de la République, a connu une révolution notoire. IBK, dès sa prise du pouvoir, n’a ménagé aucun effort pour lancer le démarrage effectif des travaux de construction de certaines routes et l’aménagement en deux fois deux voies de l’axe Bamako-Koulikoro.

Pour soulager conséquemment nos concitoyens et beaucoup de nos entreprises, l’électricité a été subventionnée en 2015 et 2016 à hauteur de 42 milliards, l’apport de la CEDEAO y compris.

En termes de fourniture d’un travail décent aux jeunes du Mali, 130.000 emplois ont été octroyés sur les 200.000 promis lors de la campagne présidentielle passée.

La liste des actions menées par le Président et ses gouvernements successifs n’est pas exhaustive dans le cadre du rayonnement économique, social et culturel du Mali.

Ce qui est du reste, c’est de souhaiter bonne chance au Président dans l’accomplissement de sa noble et délicate mission pour prouver au peuple malien sa détermination à inscrire le nom de notre pays sur la prestigieuse liste des pays émergeants.

P.K

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here