Incubation en aviculture : L’ANPE injecte 54 millions dans un projet

Fruit du partenariat public-privé à travers l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et la société privée Wèrèbougou, le projet a été lancé par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mahamane Baby, vendredi dernier, à Titibougou/Fombabougou, dans la Commune rurale de N’Gabakoro-Droit, cercle de Kati.

La Commune rurale de N’Gabakoro-Droit est honorée par la matérialisation de ce "projet test de formation et d’insertion des promoteurs de projets avicoles", s’est réjoui le représentant de la mairie, Abdourahamane Sangaré.
"Ce sera, à coup sûr, un moyen efficace de lutter contre l’exode et les risques qui y sont liés comme l’insécurité, la drogue et toutes sortes de trafics illicites", a ajouté M. Sangaré.
L’élevage peut permettre à quelqu’un de devenir riche même si certaines conditions sont nécessaires pour ce faire, notamment l’assiduité et la maîtrise de l’aliment bétail, a martelé Issa Sissoko au nom de la société Wèrèbougou, heureux du choix porté sur sa société par l’ANPE.
La société Wèrèbougou est une filiale du groupe Yatassaye dédiée à la vente des produits bruts ou transformés, notamment le bétail, le blé, les aliments, les poussins, a précisé M. Sissoko, soulignant la collaboration avec une société marocaine spécialisée dans le domaine de l’aviculture.
"La joie est partagée pour la conduite et le succès de ce projet pourvoyeur d’emplois", a répondu le directeur général de l’ANPE, Ibrahim Ag Nock, précisant que c’est un test pour la transformation et l’incubation avec d’activités connexes.
"La phase test va concerner six promoteurs parmi les débutants et les pratiquants pour comprendre toute la chaîne et tirer les leçons permettant de développer et de moderniser l’aviculture dans notre pays avec des effets multiplicateurs", a-t-il ajouté.
"En effet, le projet aidera à corriger certaines faiblesses en matière d’incubation et d’encadrement en maîtrisant les tenants et les aboutissants de l’aviculture", a confirmé le ministre Mahamane Baby. Il a loué le partenariat public-privé dans sa mise en œuvre.
"C’est une activité qui promet d’être rentable compte tenu de la forte demande en la matière", a argumenté le ministre Baby. Et de souligner l’effet multiplicateur de ce projet avec la création d’une vingtaine d’emplois durables.
Toutes choses qui aident, selon lui, à surmonter les difficultés liées à l’emploi et à la formation dans notre pays.
A signaler que la formation sera plus pratique (70 %) que théorique pour une durée de près de 70 jours, soit deux bandes de production de poulet de chair, pour un coût estimé à 54 millions de F CFA. La partie installation constitue un prêt sans intérêt remboursable par les bénéficiaires sur la durée du projet, qui est de trois ans. La contribution de Wèrèbougou et des bénéficiaires, elle, est évaluée à 9 %, soit 5 130 000 FCFA.
Pour les besoins de cette cause et forte de son expérience, la société Wèrèbougou mettra à la disposition de l’ANPE un poulailler d’une capacité de 1000 poussins, équipé et respectant toutes les normes requises en matière d’activité avicole. En plus, Wèrèbougou se propose d’assurer la fourniture en poussins, de former et d’encadrer, sous forme de centre d’incubation, les promoteurs de projets avicoles que l’ANPE va mettre à sa disposition.
Après la signature de la convention, la cérémonie a pris fin par une visite guidée des locaux.

Source : CCOM/MEFP

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here