Femmes, paix et sécurité au Mali : L’Espagne ouvre le débat

« Femmes, paix et sécurité », était le thème d’un « débat ouvert » ayant regroupé  vendredi dernier à l’Ecole de maintien de la paix, des représentants des services publics, des institutions internationales, des ONG et de la société civile. Organisée par l’ambassade d’Espagne au Mali, cette rencontre est la concrétisation de l’intérêt que ce pays accorde aux questions féminines  qui constitue une des  priorités de la politique extérieure espagnole.

Cette rencontre a regroupé plusieurs personnalités parmi lesquelles on retiendra entre autres  le secrétaire général du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mohamed Attaher Maïga, la coordinatrice humanitaire des Nations unies au Mali Mme Mbaranga Gassarabwe, le haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel Pierre Buyoya, .

Cette orientation  de la politique extérieure de l’Espagne fait suite à sa présence au Conseil de sécurité des Nations unies pour la période 2015-2016 dont certaines résolutions ont mis à jour le thème « Femmes, paix et sécurité ».

Ces résolutions, selon l’ambassadeur d’Espagne au Mali, José Maria Mantres Manso sont  un mandat international en termes de droits de l’Homme, qui confirment le cadre normatif de référence pour renforcer l’attention accordée aux besoins spécifiques des femmes et des filles dans les situations de conflit et post-conflit ».

Plusieurs sous-thèmes  relatifs au cas malien ont été exposés.« Conséquences du conflit sur les femmes au Mali. Femmes créatrices de la paix : analyse de la participation des femmes au processus de paix et recommandations »par la présidente du Réseau paix et sécurité des femmes de l’espace CEDEAO (REPSFECO),  Mme Saran Keïta Diakité.

Le thème  intitulé : « Priorités du gouvernement du Mali en matière de femme, paix et sécurité ». Exposé par le secrétaire général du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille M. Maïga.

Mme Baranga a ensuite fait un exposé sur le thème : « La MINUSMA et l’application de l’agenda sur femme, paix et sécurité. Principaux défis à relever dans le contexte actuel du processus de paix ». Enfin, Pierre Buyoya, a développé le thème : sur les « Priorités pour l’Union africaine en matière de femme, paix et sécurité au Mali ».

Selon la présidente du REPSFECO, le Mali affiche « un résultat mitigé », quant à l’application de la résolution 1325. Notre pays, pour elle, vit toujours le conflit le plus tragique de son histoire. Cette situation a fait plus de 300.000 déplacés dont 75% sont des femmes et des enfants, enregistré des centaines de cas de viols.

Après avoir  rappelé la vulnérabilité des femmes dans les zones de conflits, Pierre  Buyoya  a rappelé l’état de  mise en œuvre de la résolution dans les Etats membres de l’Union africaine. Selon lui, la commission de l’Union africaine est animée  d’une volonté politique forte pour la réalisation de l’égalité entre les hommes et les femmes et la promotion de la femme qui est au centre de toutes ses initiatives continentales, régionales et nationales.

Adama DAO

Source : Nouvelle Expression


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here