Scandale de carburant : Et si c’était une cabale ?

152

 Victime de son succès et de son extension fulgurante au Mali et dans des pays de l’Afrique de l’Ouest, Oryx Energies est devenue une cible de certains qui poussent le bouchon jusqu’à dire que le fils du président y a des intérêts .Vrai ou faux ? Le jeune député depuis l’Arabie Saoudite où il séjournait pour le Haj avait apporté un démenti formel. Malgré tout, la campagne d’intox se poursuit pour que l’on s’interroge si tout cela n’était pas une histoire de Cow-boy.

  La société de distribution de carburant, Oryx Energies, a été véritablement connue dans notre pays il y a juste quelques mois, lorsque son fondateur et président d’AOG, Jean Claude Gandur a séjourné à Bamako pour l’inauguration de 35 nouvelles stations d’essence. Il avait promis à l’occasion, de poursuivre l’extension du réseau à plus de  55 stations  au Mali et de concentrer ses efforts sur d’autres pays de la sous-région.

Oryx Energies s’érige aujourd’hui, selon des témoignages recueillis auprès de nos compatriotes,  en entreprise citoyenne par le nombre d’emplois qu’elle ne cesse de créer. Elle a ouvert plus de 200 emplois directs, autant d’emplois indirects et contribue pour des milliards de F CFA à l’économie malienne, précisent des personnalités qui ne doutent pas qu’il s’agit plus d’une cabale orchestrée contre la société.

Certains qui sont dans le domaine des hydrocarbures craignent leurs champs d’action annexés et ne dorment plus que d’un œil, est-on tenté d’affirmer depuis la révélation de l’ONG helvétique, « Public Eye », amplifiée à dessein cette fois-ci avec le nom du fils du président non moins député à l’Assemblée nationale du Mali. Pourtant, personne ne parlait de cette société qui n’avait que 3 à 6 stations à Bamako, il y a de cela un an.

« Le succès a ses conséquences positives et négatives car il rend jaloux certains, qui refusent de se battre dans une concurrence saine et loyale. Bien avant de se lancer dans la vente de carburant au détail au Mali, la multinationale suisse est depuis plus de 30 ans l’un des gros fournisseurs de notre pays en hydrocarbures, à travers ses dépôts d’Abidjan, de Cotonou et de Dakar », s’indigne un Malien qui s’étonne de la campagne qui vise cette société qui a commencé à étendre ses tentacules dans notre pays en cette période où une autre multinationale occupe le marché malien en obligeant les nationaux à mettre la clé sous le paillasson.

Dans l’immoralité la plus totale, les détracteurs sèment le doute dans l’esprit des Maliens en faisant croire tantôt que le député Karim Kéita, fils du président de la République serait actionnaire à Oryx Energies ou qu’il l’aurait donnés des marchés dont celui de la fourniture de l’armée nationale en hydrocarbures. Des mensonges cousus de fil blanc.

Dans cet acte notarié établi par l’étude de Me Kanda Kéita dont nous disposons et que toute personne qui souhaite connaître la vérité sur cette affaire pourrait l’obtenir, il s’avère que le total des actions s’élève à 2400. L’acte notarié fait ressortir le nom de deux actionnaires : il s’agit d’Oryx Energies-Sa avec 2397 actions et de Hilton Vaughan Gibson (un membre de son Conseil d’administration) avec 3 actions. Ces deux actionnaires sont tous les deux Suisses.

En dépit de la réalité des faits, des esprits malins ne cessent de tirer sur le baudet

LAYA DIARRA


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here