MAA/CMA : Des dissidents rejoignent la Plateforme

Plus rien ne devrait justifier les affrontements meurtriers entre groupes armés après la signature d’un accord pour la paix et la réconciliation. C’est du moins l’avis d’une frange du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA/CMA) qui dit adhérer aux idéaux de la Plateforme des mouvements d’autodéfense.
A la faveur d’un point de presse ce mardi 27 septembre 2016, des chefs de fractions, des leaders et notabilités de la localité de Ber (région de Tombouctou), tous membres du MAA, ont fait part de leur décision de ne plus se laisser embarquer dans «des aventures guerrières injustifiées ou pour des raisons inavouées». En effet, dans une déclaration lue par leur porte-parole, en l’occurrence Sidi Mohamed Ould Mohamed, ils en informent le chef de file de la médiation, le chef de la Minusma, les autorités maliennes ainsi que l’opinion publique nationale et internationale.
De leur avis, les populations ne devraient plus être instrumentalisées pour des actions contre la République ou conduites dans des conflits fratricides dès lors que l’Accord pour la paix, signé par la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme des mouvements d’autodéfense, consacre la préservation de l’unité nationale, la laïcité et l’intégrité territoriale du Mali. Partant, les conférenciers du jour promettent, en collaboration avec leurs frères de la Plateforme, de tout mettre en œuvre pour privilégier «le combat pour la paix et le développement au bénéfice de nos populations qui ont tant souffert».
Cette décision a été fortement saluée par l’honorable Ould Mataly, membre de la Plateforme, présent à la rencontre. Lui qui a souligné le fait que les populations ont trop souffert de ce qu’il appelle une ‘’incompréhension’’, un an après la signature de l’Accord issu du processus d’Alger. Convaincu que la guerre n’a plus son sens, l’élu a rappelé que l’Accord ne peut être mis en œuvre sans une adhésion des mouvements armés.
Pour sa part, Moulaye Hamed Ould Moulaye, un autre membre de la Plateforme, a précisé qu’il ne s’agit pas pour cette frange dissidente du MAA de se fondre dans la Plateforme. Mais elle adhère plutôt aux idéaux du mouvement d’autodéfense. Ainsi, elle agira désormais de concert avec ce dernier pour que la localité de Ber (fief du MAA) revienne effectivement dans le giron de la République du Mali. Elle se battra par exemple pour que le drapeau malien n’y soit pas brûlé par des populations instrumentalisées, pour que certains n’y célèbre pas l’indépendance de l’Azawad et contre ceux qui empêchent la Plateforme d’y aller, a-t-il expliqué. Il a par ailleurs fait remarquer que la crise malienne est plutôt un enjeu géographique et non démographique.
Ledit point de presse a eu lieu en présence de Habala Ag Amzata, Secrétaire général adjoint du Groupe d’autodéfense Touareg, Imghad et alliés (Gatia), membre de la Plateforme, Assarid Ag Imbarcaouane, ancien député élu à Gao, entre autres.
Aujourd’hui affaiblie sur le terrain, la Coordination des mouvements de l’Azawad vient de connaitre la deuxième défection en un mois. En effet, au début de ce mois de septembre, plusieurs cadres du Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla), le plus célèbre mouvement de ladite Coordination, avaient décidé de faire sécession pour fonder un nouveau groupe armé, le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA). Parmi ces cadres, il y a notamment Moussa Ag Acharatoumane et Assalat Ag Habi. M. Acharatoumane avait, en son temps, expliqué cette décision par le fait qu’il y a «trop de déséquilibres à l’intérieur de la CMA, où la gestion est trop unilatérale».
Aussi, estimait-il, «en dépit des accords d’Anéfis signés en octobre 2015 entre plusieurs tribus, les problèmes intercommunautaires se sont accentués» à travers notamment «la recrudescence de l’insécurité et à la résurgence de conflits fratricides». Toutes choses auxquelles la CMA, qui n’existe de plus en plus que de nom, est incapable de mettre un terme. D’ailleurs, la CMA ne semble toujours pas au bout de sa saignée, car ses ‘’idéaux’’ sont visiblement de moins en moins partagés par des populations qui ont fini par comprendre que les intérêts pour lesquels elle se bat sont bien loin des leurs et de ceux du Mali.
Bakary SOGODOGO
Source: Le Prétoire

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here