Promotion des investissements chinois en Afrique : Le CADFUND, le bras financier

Lancé officiellement en 2007, le Fonds de développement sino-africain a déjà financé 87 projets dans 36 pays du continent avec à la clé la création de 70.000 emplois directs et 170. 000 emplois indirects
Le séjour en Chine de la vingtaine de journalistes venant des pays d’Afrique anglophone et francophone se poursuit. Les visiteurs étrangers se sont rendus le mardi 27 septembre au siège du Fonds de développement sino-africain (CADFund), à Beijing dans le District du Xicheng. Ils ont été accueillis par le vice-président exécutif du fonds, Zhou Chao, entouré de ses proches collaborateurs.

Les échanges entre les responsables du fonds et les journalistes qui ont duré environ une heure ont essentiellement porté sur les raisons qui ont motivé la création du fonds, ses missions, ses réalisations déjà effectuées ainsi que ses perspectives.

Le CADFund, selon ses responsables, est l’une des huit mesures pragmatiques annoncées par le gouvernement chinois en novembre 2006 au sommet de Beijing sur la coopération sino-africaine avec pour objectif principal d’encourager et de soutenir les investissements directs et indirects des entreprises chinoises en Afrique. Le fonds était doté d’un capital total initialement conçu autour de 5 milliards de dollars (environ 2500 milliards de Fcfa) à sa création. Il vise à promouvoir le développement de l’Afrique tout en impulsant l’avancement du nouveau partenariat stratégique entre la Chine et l’Afrique.

L’accompagnement de ce partenariat stratégique fondé sur les principes de la sincérité, le pragmatisme, l’honnêteté et la fraternité, selon les initiateurs du fonds, tient à cœur les autorités chinoises.

C’est pourquoi le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, lors du sommet sino-africain de Johannesburg tenu en décembre 2015 a annoncé que Beijing soutiendra les pays africains, durant les trois années à venir, avec une aide financière de 60 milliards de dollars.

Cet appui sera utilisé pour financer dix projets touchant essentiellement les domaines stratégiques de développement. Des domaines comme la paix et la sécurité, la modernisation agricole, la santé, les infrastructures, l’industrialisation.

Le fonds, expliquent ses dirigeants, travaille dans la logique de mise en œuvre de cette promesse faite le président Xi Jinping. Il collabore étroitement avec la Banque de développement de Chine (CDB), spécialisée dans l’investissement et le financement à moyen et à long terme. Il a comme partenaire direct, les gouvernements des pays africains voulant réaliser des actions concrètes dans les infrastructures, les équipements de production, les moyens de subsistance agricole et le développement des ressources énergétiques.

Lancé officiellement le 26 juin 2007, le fonds a déjà financé 87 projets dans 36 pays du continent, avec la création de 70.000 emplois directs et 170. 000 emplois indirects pour un montant d’investissement de 3,5 milliards de dollars, soit environ 1750 milliard de Fcfa.

S. TANGARA
Source: Essor

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here