L’opposition dénonce à nouveau la gestion du pays

Des milliers de personnes ont pris part ce matin à la marche de l’opposition pour dénoncer la gestion du pays. Du leader politique au citoyen lambda, tous condamnent l’insécurité et la mauvaise gouvernance. Les responsables de l’opposition exigent une concertation nationale et réclament le retour de l’ancien président Amadou Toumani Touré.
Soumaila Cissé chef de file l’Opposition est au micro d’Ibrahima H.Diallo

« Nous sommes sortis par ce que le Mali est bloqué depuis 3 ans. Nous n’avançons pas, nous reculons. Nous reculons en matière de sécurité. Nous reculons en matière de gouvernance. Nous reculons par ce que la corruption se généralise. La réconciliation se fait attendre, l’esprit communautaire est entrain de prendre le pas dans notre pays. Aujourd’hui les gens s’organisent en ethnie, en communauté, en région, je crois que ce ci va très mal. C’est pour ça que nous demandons qu’il ait une grande concertation nationale, que les maliens puissent s’exprimer, s’écouter, dialoguer, que nous trouvions ensemble des voies de sortie de crise. Si l’accord était parfait, on serait déjà dans la paix, on a mis un an pour négocier, ça fait 14 mois que l’accord est signé et ça fait 14 mois que rien ne va et que les choses s’empirent. Nous insistons pour que le président ATT revienne par ce que c’est un pan pour la réconciliation nationale. Nous avons dit aussi que nous marchons contre une loi électorale qui nous fait reculer notre démocratie. Une loi électorale où des élections vont se passer sur une partie du territoire pas sur d’autres, donc une germe de division du pays ».

L’Association Citoyenne de Soutien à ATT n’a pas participé à la marche de contestation de ce matin. Elle estime que, les voies de dialogue ne sont pas encore épuisées par rapport au retour de l’Ancien président et voit en la marche une tentative d’instrumentalisation de la part de l’opposition.
Hamane Touré, le président de l’Association Citoyenne de Soutien à ATT est au micro d’Ibrahima H. Diallo
« Nous avons tenu cette conférence de presse pour édifier l’opinion nationale et internationale par rapport à la marche préparée par l’opposition. Nous n’avons été associés ni de près ni de loin. Il y a les amis d’ATT à tous les niveaux, ATT n’a jamais demandé qu’on fasse de marches pour sa cause. ATT est un patriote, ATT est un rassembleur. Nous, ACS-ATT, nous ne marcherons jamais pour réclamer le retour d’ATT. Au Mali il y a le dialogue, au Mali, on peut se parler surtout que le président de la République, tout de suite, dans le cadre de Anka Ben a réuni tout le monde. Il fallait seulement se réconcilier, s’asseoir et parler. Nous n’avons jamais été déçus dans nos démarches en ce qui concerne le retour d’ATT, ce problème n’a pas de sens, le Mali a besoin de repos, le Mali a besoin de la réconciliation ».

Le Conseil National de la Jeunesse n’a pas répondu à l’appel de l’opposition pour la marche de ce matin. Selon les responsables du CNJ, leur structure n’a pas vocation à participer à des manifestations partisanes.

Mohamed Salia Touré, président du CNJ joint au téléphone par Idrissa Sako
« Le CNJ n’a pas vocation à participer à des activités, à des manifestations politiques ou des manifestations partisanes. Depuis le début de notre mandat, nous n’avons jamais participé à une activité d’un parti politique. Nous rappelons à tous, le caractère apolitique du Conseil National de la Jeunesse du Mali. Certains de nos démembrements, certaines de nos associations ont été approchées pour se mobiliser à participer à une marche, nous avons dénoncé pour dire que ce n’est pas notre vocation, nous ne devons pas participer à des activités de ce genre.

A tous les états majors des partis politiques qui sont entrain de créer des interférences dans le renouvellement du CNJ au niveau de la base, dans ces états majors des partis politiques, il y a des partis de l’opposition, il y a aussi les partis politiques de la majorité présidentielle qui sont entrain de créer ces interférences. Nous avons rappelé à tous les états majors des partis politiques le caractère apolitique du conseil et que les activités du conseil doivent être préservées et préserver la jeunesse de notre pays ».

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here